Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonjour camarades cromagnons.

Les hommes, décidément, ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et n’ont toujours pas réalisé - à part les scientifiques bien sûr – qu’ils étaient les créatures d’une planète vivante et parfois versatile capable à chaque instant de les faire disparaître de sa surface. Récemment, je vous parlais de l’extinction de masse du permien, il y a quelque 252 millions d’années, où, en 60 000 ans, près de 90% des espèces vivantes ont été anéanties. Cette extinction, je vous le signalais, était due à un réchauffement climatique probablement déclenché par un choc d’astéroïde qui aurait fracturé le manteau terrestre et provoqué un volcanisme intense. La fonte des pôles et la chaleur des océans auraient alors libéré des quantités énormes de méthane, prisonnier jusque là des glaces et des froidures abyssales. Ce gaz tueur amplifia le processus et la terre se mua en fournaise. Je vous disais aussi qu’aujourd’hui, à cause des activités humaines, cette fois, le même processus était en train de se produire et il suffirait qu’une très grosse éruption volcanique ait lieu pour atteindre le point de non retour. C’est d’ailleurs ce que les vulcanologues redoutent. Entre les volcans d’Islande, celui du parc de Yellostone aux Etats-Unis, le Mérapi en Indonésie, le Pinatubo aux Phillipines, le Mauna Loa et le Kilauea d’Awaii, le Nyiragongo du Congo, le Nevado del Ruiz de Colombie il y a du souci à se faire. Dès que l’un de ces mastodontes se met à gronder, les savants qui les auscultent en permanence en attrapent des frissons et les supplient de se calmer car il n’existe aucune médecine pour apaiser leur fureur. Et encore ne parlé-je pas des monstres assoupis ou en semi-eveil comme l’Etna, ou ceux qui sont entrés en hibernation pour un temps indéterminé comme le Puy de Dome, le Stromboli ou le Vésuve qui fumotte encore quelques fois pour nous rappeler que ses nuées ardentes pourraient toujours tout anéantir sur leur passage, comme elles l’ont déjà fait le 24 aout 79 en déferlant sur les agglomérations de Pompéi, Herculanum, Oplontis et Stabies. Sauf que dorénavant, en raison de l’urbanisation de la zone dangereuse, elles ne feraient pas quelques milliers mais des millions de victimes. Et comment ne pas parler de Santorin ce joyau des Cyclades ? En 1650 avant Jésus-Christ c’était, après la Crète, l’île la plus florissante d’une thalassocratie protohellenistique située à la croisée des civilisations égyptienne et mésopotamienne. Et ne voilà-t-il pas que son volcan en sommeil s’éveille brutalement, explose, obscurcit le ciel et provoque un gigantesque raz de marée, un tsunami comme on dit depuis peu, qui détruit tout sur son passage et porte un coup fatal à cette civilisation dite minoenne qui a fécondé la Grèce antique. Les effets se font sentir jusqu’en Egypte et deux scientifiques, un Américain, un Français, lui attribuent aujourd’hui les dix plaies relatées par la bible : le jour qui fait place aux ténèbres, le Nil couleur de sang, la grèle, l’invasion des grenouilles, des sauterelles, de la vermine, l’épidémie de peste, les ulcères, la mort des nouveaux nés… Ils vont même plus loin et pensent que le retrait des eaux de la mer rouge qui a permis à Moïse et aux Hébreux d’échapper aux troupes de Pharaon est dû au choc violent du tsunami méditérannéen qui écarta passagèrement les deux mers. Ils avancent pour preuve des matériaux géologiques recueillis sur place et qui proviendraient de Santorin. Tout ceci devrait nous faire réfléchir et comprendre à quel point la vie sur terre est fragile. Si notre espèce était moins imbue d’elle même, elle s’unirait pour profiter le mieux possible des bienfaits d’une planète qui nous a créés et peut nous annihiler quand bon lui semblera. Néanmoins quand en en est encore à se battre pour la maitrise d’un territoire ou le triomphe d’une religion, mérite-t-on vraiment d’exister ? Cette question devrait être dans tous les cerveaux. Hélas, si nous sommes individuellement ou en petite équipe capables d’accomplir des prodiges, nous vivons collectivement dans un état que Teilhard de Chardin qualifiait d’infra-humain.

La bonne journée camarades.

L'apocalypse c'est pour quand ?
L'apocalypse c'est pour quand ?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :