Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cauchemar d'Erdogan

L’Erdogan tête de… lors de sa visite en France s’est étonné auprès de François Hollande du soutien, au demeurant plus moral qu’effectif, que l’Europe accorde aux héroïques combattants kurdes de Kobané. À ses yeux, seule la résistance démocratique syrienne mériterait d’être politiquement et militairement soutenue et c’est sans doute pour cela que ses blindés, massés le long de la frontière, à huit cents mètres à peine de la ville martyre, restent désespérément silencieux et que leurs canonniers, du haut de leur tourelle, observent les combats avec l’attention de spectateurs séduits par un film de guerre diffusé en 3D sur écran géant. À en juger par les propos du chef de l’État turc, les Kurdes de Kobané ne feraient donc pas partie de la résistance démocratique syrienne et ne seraient de ce fait pas d’authentiques combattants syriens. Mais bon sang, où est donc cette résistance démocratique syrienne dont tout le monde parle et que personne ne voit ? Elle me fait un peu penser à ce docteur Jekyll et mister Hyde, si honnête en apparence et capable de se muer en monstre sous les effets de la drogue qu’il s’est injecté dans le sang, une drogue qui en Syrie s’appelle EI. En prétendant vouloir secourir les gentils, c’est aux méchants qu’Erdogan accorde en réalité son soutien. Eh oui, même s’ils ont la nationalité syrienne, les habitants de Kobané sont des Kurdes et les Kurdes, c’est le cauchemar d’Erdogan. Sans cette maudite engeance, il pourrait jouer quelques cartes maîtresses, récupérer, sous prétexte de les pacifier, quelques lambeaux de l’Empire ottoman perdus après la Première Guerre mondiale, devenir l’incontournable interlocuteur auprès des instances internationales de cette région en proie au chaos. Ne l’oublions pas, cet homme est un musulman sunnite, comme les djihadistes du prétendu État islamique. S’il devait y avoir un démembrement de la Syrie et de l’Irak actuel, il pourrait avec l’Iran chiite, majoritaire dans le sud de l’Irak, se partager ce gâteau d’or noir et faire disparaître du même coup deux Etats encombrants, fruits d’un ignoble marchandage entre Anglais et Français, en 1916 ( accords Sykes Picot). Hélas, il y a les Kurdes, plus de 40 millions de Kurdes répartis entre la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran, qui l’empêche de jouir pleinement d’un sommeil prometteur. Et attention ! Ce peuple, majoritairement, est sourd aux sirènes mensongères des doctrines religieuses. La plupart, surtout en Syrie et en Turquie, se réclament d’un marxisme-léninisme pur et dur qui a instauré une égalité totale entre les femmes et les hommes. C’est pourquoi l’on voit en première ligne des commandantes d’une bravoure admirable, tant redoutées des djihadistes. Dans leur bêtise crasse, les séides d’Allah croient que s’ils sont tués par des femmes, ils seront privés de paradis. Certes, je suis contre toute forme de dogmatismes, y compris le dogmatisme stalinien. Mais comme nous n’avons dans la région d’alternative qu’entre l’extrémisme religieux et laïc, j’opte de très loin pour le second, porteur, qu’on l’admette ou non, d’espérance et de progrès. À un faux démocrate comme Erdogan, je préfère un vrai communiste qui se bat en principe pour un monde meilleur. Des milliers de Kurdes de Turquie qui voudraient venir aider leur frère de Syrie en sont pour l’heure empêchés par l’armée turque. Seuls 150 peshmergas venus d’Irak ont été autorisés, sous la pression des États-Unis, à rejoindre les combattants de Kobané. Puisse Erdogan payer très cher ses hypocrites desseins. Vive le peuple Kurde éternel. Vivaaaaa !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :