Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A mort les salopards !

Nom de dieu mais de quelle engeance sont ces passeurs qui abandonnent en pleine mer un cargo bourré de clandestins, machines lancées à pleine puissance, dans l’espoir que cette arche de la désespérance, aille se fracasser sur les rochers avec ses 450 passagers. Toutes ces femmes, ces hommes, ces enfants, voulant fuir la misère et le déluge de haine qui ravage le Moyen-Orient, auraient vogué sur une mer démontée vers une mort atroce si ce bateau n’avait pas été repéré par les garde-côtes italiens et un équipage hélitreuillé pour le mener à bon port. Ce bateau s’appelle l’Ezadeen. Il est connu et répertorié. Immatriculé en Sierra Leone, on sait qu’il est parti de Chypre et faisait route vers Sète. Ne pourrait-on pas trouver rapidement ses derniers affréteurs, ainsi que les membres de l’équipage et condamner tous ces individus abjects à mort. En principe, je suis contre la peine capitale, mais il est des crimes qui ne mérite aucune mansuétude. C’est un tribunal comme celui de Nuremberg qui doit juger ces salopards, car nous sommes là confrontés à une mafia spécialisée dans les trafics humains et peut-être pire encore. Imaginons que des sociétés ou des états sans scrupules aient recours à ses services pour faire disparaître dans la nature des déchets hautement toxiques. Croyez-moi, ça ne lui poserait aucun problème. Ce système dans lequel nous vivons aujourd’hui, j’en parlais déjà hier, n’œuvre pas pour le bien de l’humanité et génèrent de calamiteuses avidités. Faire du fric, faire du fric à tout prix et de n’importe quelle manière. Ces contre-valeurs morales doivent être impitoyablement combattues ! Allez ! Au boulot Interpol. Trouvez-nous ces assassins et vous les juges condamnez-les au gibet. On attend ! Seulement voilà, on risque d’attendre longtemps, longtemps, trop longtemps !

VIVAAAAAAA ! Et bravo aux vigilants garde-côtes italiens

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :