Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avanti Popolo !

Bonjour mes douces amies et fidèles camarades.

L’indigence de cette campagne électorale pour les départementales est proprement affligeante. Sarkozy, qui n’a rien d’autre à proposer aux Français que sa propre incompétence et son humour à quatre sous, se plait à jouer les one man show et à se gausser de la cravate d’Emmanuel Macron ou des cris d’orfraie de Manuel Valls devant la menace du FN. Il sera châtié de sa médiocrité ! Quant à Manuel Valls, en besogneux de la république, il laboure le terrain pour ses copains du PS, mais quand il s’agit de passer aux semailles, il n’a rien dans son sac, rien, si ce n’est, en effet, une diabolisation du parti des « Le Pen » et les angoisses qu’il ressent à l’idée de son probable triomphe. Eh oui, mon cher Manu, on récolte toujours ce que l’on sème et les élus du PS, comme ceux de l’UMP, n’ayant rien semé d’autre que des promesses durant leur mandature, ont du mouron à se faire. Certes, le FN n’est qu’un parti populiste souverainiste qui puise sa sève dans le mal-être des électeurs. Or, si ce mal-être existe à qui la faute ? À vous mesdames et messieurs les élus, à vous qui vous cramponnez à vos sièges de peur de vous les faire faucher, il sont si confortables ! Je veux bien admettre que quelques-uns parmi vous sont honnêtes et sincères, je dis bien quelques-uns, mais ceux-là n’ont pas ou très peu voix au chapitre. La plupart de ceux que l’on voit à la télé ou dans les journaux et qui occupent le devant de la scène, sont de fieffés carriéristes. Comment s’étonner que plus de 65% des Français ne supportent plus leurs logomachies et rêvent de les chasser du pouvoir ? Jadis, la perspective d’entrer en politique alléchait les esprits brillants. Aujourd’hui, elle les rebute tant l’image des députés ou des sénateurs s’est dégradée au fil des décennies. Quand il n’y a plus d’argent en caisse, que le gouffre de la dette est devenu abyssal, à cause de la gestion déplorable des divers gouvernements qui se sont succédés à la tête de l’Etat, toutes les réformes entreprises ne visent, désormais, qu’à rabioter quelques milliers d’euros par ci, par là, en resserrant les dépenses publiques. Dans cette situation de faillite absolue, impossible d’espérer pouvoir financer de grands projets de développement. C’est bien pourquoi la classe politique dans son ensemble, n’ayant pas de remède miracle, tricote des trompe-l’œil qui ne font plus illusion et transforme les débats d’idées en querelles partisanes qui n’intéressent plus personne. Ne cherchez pas plus loin les illusoires succès de Marine Le Pen. Comme le FN n’a jamais exercé le pouvoir, les Français souhaitent le jauger à l’aune de ses actions quand il sera aux manettes. Il peut donc remporter les départementales, mais sa dirigeante aurait tort, forte de cet éventuel succès, de penser qu’elle remportera, dans la foulée, la présidentielle. Elle n’est en réalité qu’un « préview », un test. Dès qu’il s’agira de passer aux choses sérieuses, les électeurs lui préféreront un Juppé, voire un Valls ou un Hollande et même, hélas, un Sarko, qui ne prendront pas le risque, très aléatoire, de quitter l’Europe et de revenir au franc. Allez demander à ces gros balèzes de la FNSEA, qui n’hésiteront pas à voter FN dans leur canton, où ira leur cœur quand il s’agira de choisir le chef de l’Etat. Eux qui, malgré leurs sempiternelles jérémiades, ont tant bénéficié de la politique agricole commune (PAC) ne voteront jamais contre. On ne tue pas la vache à lait ! Il est bon que les électeurs vous causent, Monsieur Valls, des frayeurs. La longanimité des peuples peut durer des siècles, mais gare à l’imprévisible amok ! À force de ne pas les entendre, ils finissent par prendre un sacré coup de sang et passent des révoltes aux révolutions.

VIVAAAAAAAA !

Avanti Popolo !Avanti Popolo !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :