Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des oppresseurs, l’histoire ne fait jamais des héros.

Ce matin en m’éveillant j’ai une pensée pour Mohammed Allan. Cet avocat palestinien, détenu arbitrairement depuis 9 mois dans une geôle israélienne, sans inculpation ni procès, uniquement sous le soupçon qu’il appartiendrait au Jihad islamique et préparait des attentats suicides. C’est pour dénoncer cette opacité et parce qu’il exige d’être jugé publiquement ou libéré qu’Allan a, comme quelques autres avant lui, entamé une grève de la faim en juin dernier. Depuis, celle-ci a gravement endommagé ses fonctions vitales. Il y a une dizaine de jours, lorsque son état de santé a commencé à se dégrader, le gouvernement Netanyahou l’a fait transférer à l’hôpital Soroka de Beer-Sheva en se disant qu’il se trouverait bien là-bas un praticien pour lui enfoncer sous anesthésie et en toute discrétion une pipette dans le rectum. Au nom de l’éthique médicale aucun volontaire ne s’est présenté. Opposé à l’alimentation forcée qu’il assimile à de la torture, le Bureau Médical d’Israël – l’équivalent de l’Ordre des médecins – a interdit à ses membres de prêter la main à l’administration pénitentiaire.

«Nous ne sommes pas payés pour faire le sale boulot de l’Etat », affirme l’un des responsables, le docteur Tami Karni. « Notre mission est de soigner et guérir nos patients, pas de forcer un détenu, fût-il terroriste, à faire ce qu’il ne veut pas.»

Gilad Erdan, ministre de la sécurité publique, l’a alors fait transporter à l’hôpital Barzilaï d’Ashkelon, dans l’espoir de trouver un praticien plus complaisant. Même refus, pour les mêmes raisons. Un grand coup de chapeau aux médecins d’Israël qui nous apportent la preuve que la politique ultraconservatrice et anti-palestinienne du gouvernement Netanyahou ne fait pas l’unanimité dans ce pays.

Des oppresseurs, l’histoire ne fait jamais des héros. Des oppresseurs, l’histoire ne fait jamais des héros. Des oppresseurs, l’histoire ne fait jamais des héros.

Depuis Allan a perdu la vue et a sombré dans le coma. Sans l’aide d’une machine qui l’oblige à respirer, il serait déjà mort. Aux yeux des Palestiniens, le jeune avocat passe désormais pour le nouveau héros de la résistance à l’occupation sioniste. Les entrées d’Ashkelon se sont transformées en champ de bataille où des dizaines de jeunes Arabes israéliens descendus en autocar de Galilée (nord de l’Etat hébreu) affrontent quotidiennement des militants juifs d’extrême droite exigeant que «le terroriste crève rapido pour que ça ne coûte pas trop cher à l’Etat».

Cette triste affaire n’est pas sans rappeler celle du républicain irlandais, Bobby Sands, membre de l’IRA provisoire et député de la Chambre des Communes du Royaume-Uni, mort le 5 mai 1981 après une grève de la faim de 66 jours dans la prison de Maze en Irlande du Nord. Plus de 100 000 personnes suivirent le cortège lors de ses funérailles. Depuis il est considéré comme un héros, pas seulement de la cause républicaine mais aussi pour bien des prisonniers politiques atteint dans leur dignité.

« Ils n'ont rien dans leur arsenal impérial tout entier qui puisse briser l'esprit d'un Irlandais si celui-ci ne veut pas être brisé. » clamait Bobby Sands du fond de sa prison.

Peut-être Mohammed Allan a-t-il dit à peu près la même chose avant de perdre conscience : « Il n’ont rien dans leur arsenal sioniste tout entier qui puisse briser l’esprit d’un Palestinien si celui-ci ne veut pas être brisé ».

L’histoire n’a retenu de Margareth Tatcher que son intransigeance bornée et hautaine. Je crois qu’elle ne retiendra pas mieux de Netanyahou. Des oppresseurs, elle ne fait jamais des héros. Vivaaaa !

Des oppresseurs, l’histoire ne fait jamais des héros. Des oppresseurs, l’histoire ne fait jamais des héros. Des oppresseurs, l’histoire ne fait jamais des héros.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :