Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.

Il y a de quoi s’indigner quand on voit les attaques de rue contre les forces de l’ordre. Elles sont d’une méchanceté et d’une agressivité qui révulsent et fait peur. Il ne faut pourtant pas perdre de vue qu’elles expriment un rejet, le rejet d'un Etat surendetté qui n'est plus respecté à cause d'une classe politique incapable de le gérer dans la cohésion et l’harmonie et qui ne parvient même plus à assurer correctement l’ordre public. La police, par les tâches qui lui sont imparties, incarne cet ordre. C'est pourquoi elle est devenue la cible de jeunes excités se prétendant anarchistes et convaincus que leur violence irréfléchie débouchera sur une révolution. Or la violence sans les idées, et surtout sans l'adhésion du peuple, ne peut conduire qu'au chaos, voire au fascisme. La période que nous traversons est grave et si au lieu de se harpailler entre eux pour satisfaire leurs ambitions personnelles dans cette période pré-électorale, les politiques en prenaient conscience et se regroupaient dans une union nationale avec pour seul et unique but le redressement du pays, les trublions n'occuperaient plus le haut du pavé et retourneraient dans leurs tanières. Sarkozy devait vaincre le chômage, il a terriblement augmenté sous son quinquennat. Hollande devait le faire reculer. Il s’est encore aggravé. Si la droite revient, on le sait, elle ne fera pas mieux. Avec plus de 10% de sans emploi et des perspectives d'avenir réduite à une peau de chagrin, comment voulez vous que la pression ne fasse pas bouillonner la marmite ? On rêve tous d'un visage neuf, qui chez nous, incarnerait l'espoir. Les marionnettistes ont sorti Macron de leur poche en pensant que ce serait lui, mais les gens ne sont pas dupes. Tout le monde sait que cet individu n’a rien de neuf, si ce n'est une fausse apparence de juvénilité. On est, qu’on le veuille ou non, dans une situation explosive et paradoxalement, les NuitDebout qui se déroulent un peu partout en France et aspirent à une manière plus sociale, moins bureaucratique, plus citoyenne, de gouverner le pays, font office de soupape de sécurité. Imaginez quelle serait l’ampleur des déflagrations si elles n’existaient pas ? Sans songer un instant à les justifier, il faut regarder au delà de l’image révoltante de quelques casseurs surexcités s’en prenant à une voiture de police et à ses occupants, au delà de ce jeune aveuglé par une haine primale, frappant à coup de barre de fer un officier de police.

Quand 1% des plus gros possédants a fait main basse sur plus de 50% des richesses planétaires, et que 5 autres % se sont arrogés la plupart du reste, ne laissant aux masses populaires que 2% à 3% à se partager entre elles, comment peut-on s’étonner que cette injustice, que dis-je, cette ignominie, ne crée pas des remous ou des discordances un peu partout ? Aux Philippines, c’est un populiste assassin qui se vante d’avoir tué de ses mains des centaines de délinquants que le peuple, las d’attendre un messie salvateur, vient d’élire à la présidence. Chez nous, à chaque soubresaut, c’est le FN qui récolte des sympathies nouvelles mais avant d’en arriver à lui ouvrir les portes de l’Elysée, au cas fort probable où Macron ferait long feu, les tireurs de ficelles ont encore d’autres ludions à mettre en scène pour amuser la galerie. Peut-être un bourlingueur qui s’est forgé une réputation d’écologiste intègre, à condition, toutefois, qu’il ferme un peu les yeux sur les nocivités de la pétrochimie et des produits honteusement qualifiés de phytosanitaires ? Exigence difficile à satisfaire s’il veut conserver son crédit. Ce n’est pour l’heure qu’une pure hypothèse qui ne se vérifiera peut-être pas.

Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.

Hier, sur Arte j’ai regardé le film du Chinois Zhangke Jia « A Touch of Sin ». Eh bien, ça ne vous donne pas du tout l’envie de vivre dans cette ex démocratie populaire qui se targuait de vouloir bâtir un homme nouveau. Jamais un plan de ciel bleu. Tout y est gris, les paysages, les individus, les usines d’où s’échappent d’immenses spirales de fumées toxiques qui daignent parfois colorer l’horizon de teintes orangées. Et dans ce décor sinistre trois hommes et une femme, poussés au désespoir par les corruptions, les magouilles, l’orgueil ou le machisme de petits parvenus, se muent en tueurs impitoyables. Eh oui, en fait d’homme nouveau, ce sont des milliardaires exploiteurs, imposant au peuple une insupportable férule, que le maoïsme a fini par enfanter, d’où cette envie de meurtre qui peut jaillir d’un seul coup chez les plus déshérités.

La situation est à ce point inextricable partout dans le monde, que peu à peu, l’idée d’un revenu universel inventé par Milton Friedman, prix Nobel d’économie en 1976, fait du chemin. En deux mots cela voudrait dire que tous les exclus du marché du travail toucheraient un salaire minimum décent à vie. Si les quelques 5 à 10 pour cent de nantis qui se partagent 98% des richesses terrestres acceptaient de se délester d’une modeste partie de leurs revenus, cette idée serait parfaitement applicable mais ne nous faisons pas d’illusions. Ils n’ouvriront pas les cordons de leur bourse s’ils n’y sont pas contraints et bien des désordres, source de sauvageries choquantes sont encore à craindre avant que l’humanité n’obtienne ce droit à la paresse, cher à Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx, qui choqua fort son beau père en écrivant en 1880 :

« Si la classe ouvrière se levait dans sa force terrible, non pour réclamer les Droits de l'homme, qui ne sont que les droits de l'exploitation capitaliste, non pour réclamer le Droit au travail qui n'est que le droit à la misère, mais pour forger une loi d'airain, défendant à tout homme de travailler plus de trois heures par jour, la Terre, la vieille Terre, frémissant d'allégresse, sentirait bondir en elle un nouvel univers... »

Vivaaaaa !

Jb

Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.
Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.Au delà casseurs de flics… Le droit à la paresse.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :