Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réminiscences mongoles.

Allez un petit voyage dans le début du 13ème siècle quand deux versions de l'humanité s'affrontaient encore : les sédentaires avec leur instinct de propriété, leur manie d'emmurer la terre et les nomades partisans des grands espaces libres, ouverts à la mouvance.

Réminiscences Mongoles.

Je n’ai pas encore écrit Subötaï

Un roman sur ce conquérant

Qui pour le grand Gengis Khan

Remporta tant et tant de batailles.

Je n’ai pas encore écrit Subötaï

Lequel avec Djébé noyan

A abattu mille murailles

Avec à peine deux tumans,

Soit vingt mille cavaliers

Mongols, décidés, endurcis

Qui, soudés à leurs destriers,

Ont chevauché jusqu’en Russie.

Balayant tout sur leur passage

Ces deux bergers, chefs devenus,

Ont orchestré tant de carnages

Et tant de royaumes vaincu.

Près du Dniepr, ils se sont massés

Face aux Russes qui à la hache

Se sont jetés avec panache

Dans un assaut final insensé.

Les archers mongols endurcis

Au galop les ont tous occis.

Au dessus de leurs princes couchés

Sous un très lourd plancher

Pour être étouffés sans gloire,

Subotai et Djebé ont fêté leur victoire.

Je n’ai pas encore écrit Subötaï

Le héros de la grande conquête

D’un peuple d’éleveurs en quête

D’espaces ouverts pour le bétail,

Sans citadelles, sans bourgade,

Et ne poursuivant qu’un seul but :

Restituer aux tribus nomades

Les grands espaces perdus

Au profit des Etats sédentaires

Durant deux bons millénaires.

Je n’ai toujours pas écrit Subötaï

Ce géant de petite taille

Qui couturé, borgne, meurtri,

Est peut-être tombé en Hongrie

Au cours d’une ultime bataille.

Aurais-je encore le temps

Ou l’envie, c’est à voir,

De remettre en mouvement

Ce guerrier méconnu de l’histoire ?

Oui, je dis bien, c’est à voir.

Je n’ai toujours pas écrit Subôtaï

Mais il est là, dans ma mémoire

Au milieu de mêlées sonores,

Plus pugnace qu’un samouraï,

Plus hardi qu’un conquistador,

Plus belliqueux qu’un chien féroce.

Et ce n’est qu’à mon dernier soupir

Que cet incroyable colosse,

Avec moi, va mourir.

VIVAAA !

Réminiscences mongoles.Réminiscences mongoles.Réminiscences mongoles.
Réminiscences mongoles.Réminiscences mongoles.Réminiscences mongoles.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :