Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un bien triste retour.

Bonjour douces chevrettes et fringants chevreuils

La veille de notre départ nous est parvenue à Athènes la nouvelle de l’horrible carnage de Nice. Pendant dix jours nous étions loin, très loin des harcèlements quotidiens de l’actualité : pas de télé, pas de journaux, pas de radio, rien que des livres et de mémorables excursions sur ces îles grecques à la fois proches et si dépaysantes. Ayant été embêté au début du séjour par une bronchite tenace, j’ai pu à Naoussa voir un médecin dans un dispensaire situé au centre de la ville. Gratuite, la consultation et la boite d’antibiotiques qu’il m’a ordonnée coûtait quatre euros à peine. Les labos seraient-ils moins gourmands en Grèce qu’en France où le gouvernement plus soucieux de ses patients ? Bref, pour cette somme modique j’ai pu être très efficacement soigné. N’ayant pas pu classer chronologiquement mes photographies, elles vont vous apparaître en vrac mais vous découvrirez, sans qu’elles vous soient précisées, l’île de Paros avec ses deux ravissantes cités de Parikia et de Naoussa où nous logions, l’île d’Hydra sans voitures et sans motos. Ici les mulets et de petits bateaux font office de taxis. En ce lieu nous avons été séduit par une anachronique pharmacie et un apothicaire très fier d’être le descendant du fondateur de l’établissement, au 19ème siècle. Après une courte escale à Poros, nous avons vogué vers Egine puis sommes retournés au Pirée et par le métro avons rallié la station Acropolis ou se situe notre hôtel dans la capitale des Hellènes.

Hélas, à peine étions-nous arrivés dans notre douce France qu’une ambiance de tristesse pesante s’abattait sur nous. C’était comme une sorte de deuil. Vingt dieux ! Il faut que ces tueries cessent, que les salafistes et les wahhabites qui prônent la haine des infidèles et des mécréants soient chassés du pays. Comment voulez vous que des cerveaux détraqués, voire dépressifs ou incultes, ne soient pas tentés par les encouragements de Daech ou de Al Qaïda qui promettent le paradis à ceux qui massacreront le plus grand nombre de chrétiens ? Putain ! Ils veulent nous replonger à l’époque des croisades ces débiles profonds ! Quand donc nos élus se décideront-ils à prendre du recul avec les monarchies pétrolières qui ont envoyé chez nous des imams pour noyauter et corrompre l’Islam de France ? Quand donc cesseront-ils de leur vendre nos biens les plus précieux ? Va pour un club de foot composés de joueurs mercenaires sans intérêt, mais nos hôtels de luxe, nos sites historiques, nos entreprises de renom !

Hier le chauffeur de taxi sénégalais qui nous ramenait de Roissy à la maison nous montra en passant à la hauteur de Clichy un haut immeuble prétentieux en passe d’être achevé bordant le périphérique.

- Vous savez ce que c’est ? nous demanda-t-il.

Devant le silence révélateur de notre ignorance, il poursuivit :

- C’est le futur palais de justice. Ce sont les Qataris qui le construisent en échange du vieux palais que le gouvernement français leur a vendu.

- Vous plaisantez ! rétorquai-je. On ne leur a pas vendu ce bâtiment historique qui fut jadis la résidence des rois de France.

- Si, monsieur affirma-t-il d’un ton scandalisé, et il vont le transformer en palace.

De toutes évidence notre aimable chauffeur semblait mieux au courant que nous, mais même si son info est un hoax, j’imaginais que les acquéreurs pourraient, pourquoi pas, bientôt avoir des vues sur la Conciergerie, et qui sait, sur une partie du Louvre, voire la Sainte Chapelle ?

Ces tyrans sont plus prévoyants que nous. Eux savent que les jours du pétrole sont comptés. C’est pourquoi ils investissent à tour de bras dans notre pays et partout ailleurs en Europe, voire aux Etats-Unis pour continuer à brasser des milliards quand le désert ne crachera plus l’or noir qui les a fait passer de l’âge des razzias à dos de chameaux et des tentes de bédouins, à celui de nabab du grand capital et aux razzias économiques modernes où la raison du plus riche a remplacé la raison du plus fort.

Honte à ces politiques de tous bords qui depuis des décennies ont mis la France à l’encan. Leurs prédécesseurs leur avaient légué un sacré patrimoine qu’ils sont en train de brader. Merde alors ! Je ne vais pas dire comme mon chauffeur sénégalais que les Le Pen n’ont peut être pas tort.

- Mais ils sont racistes et xénophobes ! m’indignai-je.

- Vous savez me répondit le grand Peul couleur d’ébène que le cuisinier de Jean-Marie Le Pen est un Noir ?

Ça me fait une belle jambe à moi que le cuistot du menhir de la Trinité sur mer soit Noir mais si des émigrés de couleurs se mettent à penser que le FN peut être une solution à nos problèmes on est vraiment mal barré. Il serait urgent qu’émergent de notre peuple de grandes voix démocratiques, moins nocives que celles de ce vieux partis populiste d’extrême droite, et uniquement soucieuses de l’intérêt de la nation. Vivaaa !

Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.
Un bien triste retour.

Partager cet article

Repost 0