Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les dindons de la farce.

Ce matin, j’éprouve de la haine à l’encontre de l’infâme Erdogan. Lorsque les Kurdes se battaient avec l’énergie du désespoir pour reprendre Kobané aux séides sanguinaires d’Al-Baghdâdi, il avait massé ses chars le long de la frontière, c'était non pas pour tirer sur les djihadistes, mais pour empêcher les Kurdes de Turquie d’aller porter secours à leurs frères de Syrie. Aujourd’hui, il fait pire. Il a ordonné l’érection d’une muraille devant la même bourgade pour l’isoler et, sous prétexte d’affronter les islamistes, il tente maintenant de prendre à revers la résistance Kurde, laquelle, avec ses magnifiques combattantes, a été jusque-là la plus efficace organisation à infliger à daech des défaites déterminantes. Washington laissera-t-il perdurer cette ignominie ?

Il est clair qu’Erdogan n’a jamais réellement lutté contre les fanatiques musulmans – à sa manière, il en est un lui même. Il les accueillis, armés, manipulés, fait infiltrer par ses services secrets et les bombes qui explosent ici ou là, à Istanbul, Ankara et au Kurdistan de Turquie de préférence, sont-elles réellement imputables aux djiadistes ? J’ai du mal à le croire.

Or s’il est avéré qu’une branche de la CIA est à l’origine du coup d’état raté du 15 Juillet, les Américains, pour garder leur base aérienne d’Incirlik, près d’Adana, où ont été stockés fort imprudemment une cinquantaine d’armes nucléaires, vont devoir faire le dos rond. Les Russes, grâce à leur système très perfectionné d’écoute dans la région, ont suivi seconde par seconde l’évolution de cette tentative de putsch et en ont informé sur le champ Erdogan qui a pu aussitôt prendre les contremesures salvatrices (l’appel à la population, entre autre). Habile le Poutine ! Plutôt que de se chamailler avec le maître d’Ankara pour un Tupolev abattu par la DCA turque, il lui est fort opportunément venu en aide. Il l’a même reçu, peu après, à Saint-Pétersbourg, pour lui annoncer que le projet de gazoduc russo-turc « TurcStream » gelé durant la crise entre leur deux pays, serait mis en œuvre le plus vite possible. Voici, le machiavel russe se muant en un allié inespéré qui fermera les yeux, c’est promis, sur la répression que son invité a l’intention d’exercer contre les Kurdes de Syrie, ennemis non seulement de Daech mais aussi de Assad, le féal de la Russie. Je vois d’ici le vent de panique qui a soufflé chez les hauts responsables de Langley, siège de la CIA. Si Ankara, soudain, basculait dans l’autre camp, qu’allait-il advenir de la base d’Incirlik ? Rien, dut les rassurer Erdogan, rien si vous me laisser régler les problèmes sur ma frontière, à ma manière. « Mais les Kurdes sont nos alliés. Nous avons des conseillers chez eux », lui a-t-on sans doute rétorqué. C’est à prendre ou à laisser, a très probablement tranché Erdogan.

Voici donc l’oncle Sam empêtré de nouveau dans un merdier dont il est coutumier. Toutefois, dites vous bien que s’il doit choisir entre sa base aérienne nucléarisée et les vaillantes et vaillants peshmergas qui ont soulevé notre admiration, l’homme au haut de forme étoilé se dédiera une fois de plus. C’est ça la realpolitik, et mes grands amis Kurdes risquent d’être, cela devient une habitude, les dindons de la farce. GRRRRRRRR !

Les dindons de la farce.Les dindons de la farce.Les dindons de la farce.
Les dindons de la farce.Les dindons de la farce.Les dindons de la farce.
Les dindons de la farce.Les dindons de la farce.Les dindons de la farce.

Partager cet article

Repost 0