Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cénacle des rêveurs du bord du lac.

Journée merveilleuse hier en compagnie des mes amies et amis du salon du livre de Brison St innocent. Nous nous sommes tous retrouvés autour d’une table, chez Lucette et Rémy dans leur adorable maison qui surplombe le lac du Bourget et qui fut entièrement construite des fondations à la toiture par le sieur Rémy en personne. Il ne paye pas de mine le bonhomme. Sec comme un sarment de vigne, il recèle en lui même une prodigieuse énergie, éclairée par un sourire d’une tendre humilité et un humour qui le parent, malgré ses quatre vingt trois berges bien sonnées, d’une éternelle jeunesse. Lucette, elle, c’est la grâce et la gentillesse incarnée, l’alma mater en personne. Malgré une cécité qui, hélas, s’accentue avec l’âge, elle est douée d’une exceptionnelle clairvoyance dans les jugements qu’elle émet sur la vie et les gens. Parmi les convives, il y avait bien sur l’enthousiaste Patrick, écrivain et compositeur savoyard qui promène ses semelles de troubadour sur tous le chemins de notre doux pays. Jocelyne, sa compagne, helvète pleine d’allant, illuminait la tablée de son sourire empreint de gentillesse et de chaleur. En face de moi la longue carcasse de Gérard, le grand Gégé, un auteur savoyard discret et tendre, au regard romantique parfois embrumé comme le sont nos montagnes au lever du soleil : un maître de la tarte tatin qui comme chaque année sera partagée au dessert. A sa droite, sa femme Annie, à l’esprit vif et au doux au visage marqué par l’indicible douleur d’un mal qui peu à peu altère sa volonté de vivre. N’oublions pas Hélène et Jean, mes amis de toujours. Jean, frère d’une enfance quelque peu douloureuse - nous sommes devenus amis à l’âge de 4 ans, sous l’occupation, dans un orphelinat ; Hélène, cachant sous l’apparente mélancolie qui voile parfois ses yeux, la double douceur d’une mère et d’une sœur. Près d’Hélène la belle Marie, dans la fleur de l’âge, au charme discret et au regard de braise. Enfin, présidant ce cénacle, son mari, un ancien du collège St François, le collège des enfants de la bourgeoisie chambérienne, notre ennemi d’hier, à nous, les gosses de prolos, notre grand ami d’aujourd’hui, François, peut-être le meilleur d’entre nous, celui que nous admirons tous et qui sert de ciment à notre indéfectible amitié.

JB

Le cénacle des rêveurs du bord du lac.Le cénacle des rêveurs du bord du lac.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :