Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les Américains ont prévu à Mossoul un couloir d’exclusion aérienne qui pourra permettre aux djihadistes encerclés de s’enfuir. Dans quelle direction pensez vous ? Mais oui, mais c’est bien sûr comme aurait dit Raymond Souplex, en direction de la Syrie. Il aurait été pourtant facile à l’US Air Force d’attendre que les colonnes de fuyards aient atteint le désert qui s’étend jusqu’à la frontière et de les « napalmer ». Quelles belles cibles elles auraient faites. Mais non, le but des stratèges du Pentagone n’est pas d’éliminer les tueurs de Daech. Il est de reprendre la zone pétrolière sur laquelle ils avaient fait main basse et de les chasser du pays. Est-ce pour qu’ils puissent rejoindre le plus rapidement possible les djihadistes assiégés d’Alep et ceux qui campent à la périphérie de Damas afin de compliquer au maximum la tâche de l’armée syrienne et des  Russes occupés à les extraire de ces villes où la population civile leur sert de boucliers humains ?

Eh oui c’est sans doute le petit cadeau empoisonné de l’oncle Sam à Poutine, car, en fait, ce que cache toute cette agitation moyen-orientale c’est une guerre américano-russe dont l’agresseur n’est pas forcément celui qu’on pense. D’un coté il y a les Etats-Unis, tuteurs de la nouvelle armée irakienne et ses alliés, les tyrannies wahhabites du golfe, plus discrètement Israël et bien sûr Erdogan lequel a un pied à droite et un à gauche, proximité oblige. De l’autre la Russie, la Syrie d’Assad, et plus discrètement l’Iran porte étendard du chiisme. Un article publié par Mediapart signale, je résume : «  la façon dangereuse qu'ont les Etats-Unis, suivis de leurs alliés européens, dont un gouvernement français totalement asservi, pour décrédibiliser l’action du gouvernement Assad, soutenu par les Russes, visant à chasser les djihadistes de leur fief d'Alep. Cette offensive semble actuellement en voie de reconquérir la ville avant la fin de l'année. Ce serait une défaite importante pour l'Etat Islamique et les nombreux groupes de « rebelles modérés » armés et soutenus par Washington qui vise à chasser les Russes des deux bases que leur a concédées Damas »

C’est cela le vrai dessous des cartes. Si l’on y ajoute le Yémen à majorité chiite, situé aux portes de la mer rouge et quotidiennement bombardé par l’aviation américano-saoudienne, le jeu devient clair.

Bien que combattus à Mossoul, à cause du pétrole qui les rendait financièrement un peu trop indépendants, les djihadistes vont être poussés vers la Syrie. Là, pour tenir, face aux Russes et à l’armée syrienne, ils devront faire amende honorable, s’ils veulent recevoir subsides et armement pour poursuivre leurs sinistres besognes au service non pas d’Allah mais des puissants du monde occidental.

Dans ce conflit notre presse me semble très univoque quand elle dénonce à longueur de journaux la « boucherie » d’Alep. Je cite encore un article repris par Mediapart : « les morts civiles résultant de l'offensive syrienne, bien que regrettables, ne correspondent absolument pas à la pluie d'images, d'interviews et de commentaires dont tous les gouvernements et médias « occidentaux » saturent actuellement les réseaux numériques du monde entier »

A les lire ou à les entendre, on en viendrait, en effet, à penser que seuls les chasseurs et les drones de la coalition américaine sont capables de réaliser des frappes très ciblées, chirurgicales, sans dégâts collatéraux. Que penser alors du récent bombardement qu’ils effectuèrent sur Deir ez-Zor où, voulant soi-disant viser un groupe de Djihadistes qui se trouvait à proximité, ils tuèrent uniquement 90 soldats syriens qui tentaient de les encercler ? Une erreur croyez-vous ? Que penser aussi de l’assourdissant silence qui entoure les pilonnages quotidiens sur les villes yéménites et les milliers de civils, enfants, femmes, vieillards enfouis sous les décombres tandis que les Saoud et les Al Thani se gobergent dans leurs palais des mille et une nuits ou sur leurs yachts géants.

Il serait urgent de réaliser, messieurs les envoyés spéciaux, que les occupants d’Alep sont les mêmes terroristes qui depuis quatre ans égorgent Chrétiens, Alaouites, Kurdes, Druzes, Sunnites loyalistes, Yézidis et autres en Syrie et que les libérateurs sont ceux qui encerclent la ville et la bombardent. Les guerres urbaines, on le sait, sont les pires de toutes et les populations civiles prises entre le marteau et l’enclume paient hélas un prix fort. Néanmoins, si Joukov avait hésité à pilonner Stalingrad, Von Paulus ne se serait peut être pas rendu et l’Allemagne hitlérienne aurait eu encore de noires années devant-elle.

Quant aux deux géants qui, tels deux taureaux en rut, font un tête à tête guerrier dans cette partie du monde, il serait grand temps qu’ils prennent conscience que notre terre, déjà au bord de l’asphyxie, ne peut se payer le luxe d’un affrontement nucléaire et qu’ils rejoignent sagement leur pacages respectifs. En sont-ils capables ?

 

   

 

     

Syrie, Irak : Les chasses gardéesSyrie, Irak : Les chasses gardéesSyrie, Irak : Les chasses gardées
Syrie, Irak : Les chasses gardéesSyrie, Irak : Les chasses gardéesSyrie, Irak : Les chasses gardées
Syrie, Irak : Les chasses gardéesSyrie, Irak : Les chasses gardées

Partager cet article

Repost 0