Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Me vient ce matin une réflexion à propos de Facebook.

J’ai longtemps pensé que les vrais amitiés ne pouvaient se tisser dans le cyberespace qui nous fait nous rencontrer chaque jour sur ce mur diffusant de manière très volatile nos idées, nos pensées, nos humeurs, nos goûts, nos joies ou nos nostalgies. Je croyais jusqu’alors que les vrais amis, il fallait les connaître en chair et en os, avoir partagé avec eux des moments importants de vie, ce que ne permet pas Facebook. Même s’il nous arrivait d’éprouver des attirances, de l'empathie pouvant par la suite se muer en amitié, j’étais convaincu que pour que celle-ci se concrétise, il nous incombait de quitter le virtuel et d’entrer dans le réel. Un exemple relativement récent m’a prouvé le contraire. Vous avez tous lu ou aperçu sur FB Julienne soucieuse de bio, très attentionnée et offrant d’elle une image romantique attachante parfois teinté de mélancolie ; Viseth, curieux d’esprit, attiré par l'astrophysique, la politique étrangère et les faits divers, qui, sans doute, par pudeur, se retient souvent de sourire ; Yin Phalik, un être généreux à l’esprit vif, alliant à son sens de l’humour, une profonde connaissance des hommes qui lui a ôté bien des illusions et l’a fait se concentrer en priorité sur son rôle de « pater familias » assumé à merveille. N’oublions pas Jean-Luc et Honorine, amoureux de l’Asie qu’ils ne se lassent pas de visiter - lui, discret, faussement blasé, fasciné par les photos d’antan, ayant une prédilection pour les vieilles voitures, elle, gourmande de vie, joviale, passionnée.

Avant l’an passé, je « likais » ou non leurs « posts » sur la toile comme on dit en jargon facebookien, puis, je suis allé avec Marion au Cambodge, leur pays - exception faite pour Jean-Luc, bien sûr - et je les ai tous approchés. Ma surprise fut grande. Je pensais faire enfin leur connaissance. Eh bien non. Alors qu’on se voyait pour la toute première fois, ces rencontres ressemblaient à des retrouvailles. Ce fut, à mes yeux, une preuve que de vrais liens d’amitié peuvent se tisser dans le monde virtuel du web et de ses blogosphères.

Le cas de Dorothée, sur ce plan, est symptomatique. Je ne la connais que par ses interventions sur Facebook bien qu’elle ait eu la gentillesse de me faire parvenir, peut être en remerciement de mes billets matinaux, un colis ruisselant non pas de lait et de miel ( comme la Palestine promise par dieu à Moïse) mais de poivre et de miel du Cameroun, le pot s’étant cassé durant le transport. Ce geste délicat m’a naturellement rendu plus attentifs aux interventions de cette sympathique inconnue. J’ai pu constater que sa générosité et son humanité n’étaient pas de façade. Elle nous a fait partager, à tous, sa détestation des chasseurs charognards qui tuent pour le plaisir, des tortionnaires qui font vivre des calvaires aux animaux dans les cirques, les laboratoires, les élevages industriels. Elle nous a transmis sa colère à l’encontre de celles ou ceux qui se parent de fourrures ayant valu tant d’horribles souffrances à leurs porteurs naturels. Enfin, elle a fait entrer dans nos cœurs la petite Cassandra atteinte de leucémie et nous avons toujours, gravé dans notre mémoire, ses grands yeux pleins de lumière et son sourire d’ange. Quand le mal l’a emportée nous avons pleuré avec celle qui nous l’a fait connaître, malgré les milliers de kilomètres - très réels ceux-là – qui nous sépare. Aujourd’hui nous connaissons bien sa famille, Virginie, sa sœur qui lui ressemble tant, ses enfants, Bertille, Roxane, Virgile et ses réflexions futées qui nous ont souvent fait sourire. Bref, j’affirme que Dorothée est devenue une amie très proche, et pourtant je ne l’ai jamais vue.

Je pourrais aussi citer Alain, Kéni, Boris, Andrée, Michel ou Michèle, Marie-Claire, Parisette, Bayro, Serge, Maryse, Murphy, Félix, Miguel, Eric, Lydie, Malvina, Sovan, Virginie, Annie, Christine, Anne, Patrice, Frank, Francki, Hélène, Jean, etc.

En comptant ceux que je connais déjà nous constituons une sacrée belle et grande famille aux ramifications internationales – Chili, Espagne, Portugal, Maroc, Cameroun, Kurdistan, Thaïlande, Vietnam, Cambodge, Canada, etc., sans oublier la Savoie, là ou j’ai mes racines. 

Vivaaaaa !

 

Une sacrée belle famille !Une sacrée belle famille !
Une sacrée belle famille !Une sacrée belle famille !Une sacrée belle famille !
Une sacrée belle famille !Une sacrée belle famille !Une sacrée belle famille !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :