Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. Cette citation de Beaumarchais tirée du Mariage de Figaro est aussi la devise du journal du même nom. Une phrase magnifique qui, tout en douceur, se dresse contre les thuriféraires et encourage chacun à l’indépendance intellectuelle ou, si vous préférez, à la liberté d’esprit. Vous avez sans doute tous remarqué que depuis quelques jours nous ne voyons plus Alexis sur FB. Il a été puni et privé de diffusion pour 2 semaines à la suite de 3 publications jugées transgressives : la première concernait un cartoon se moquant de la religion, la deuxième la reproduction d’une couverture de feu Hara Kiri du professeur Choron où Cavanna, Cabu Wolinski, Gébé, Fred et Reiser ont exercé leurs talents. Enfin la troisième, un cartoon anti-israélien, je précise : pas un cartoon antisémite mais bien un cartoon anti-israélien. Vous savez tous qu’on peut très bien être hostile à Israël sans pour autant l'être à l'encontre des juifs et, au cas où les modérateurs de FB l’ignoreraient, je tiens à préciser qu’en Israël même il y a des religieux juifs qui sont contre l’état sioniste, estimant, à tort ou à raison d’ailleurs, qu’Israël ne peut être qu’une création céleste. Pour ces trois prétendues infractions Alex a été mis au piquet et privé de libre parole pendant 15 jours. C’est invraisemblable ! Est-on en train de nous infantiliser ? On aurait le droit de publier tous les selfies que l’on veut, d’exprimer sans réserve toutes les formes de narcissismes, de se contempler le nombril ou celui des autres, de parler de la pluie, du beau temps, de sa santé, mais pas celui de critiquer les ordres établis, les systèmes en place ? Pas le droit de se moquer des religions officielles et de leurs attitudes trop souvent ultraconservatrices ? 

Je connais bien Alexis, ça fait maintenant plus de 50 ans que je le connais. Je l’ai vu naitre et grandir et je peux vous garantir, même si je ne suis pas toujours d’accord avec lui, qu’il y a des faits le concernant dont je suis absolument sûr. Mon fils n’est ni raciste, ni antisémite et il aime les peuples, tous les peuples. Il n’a pas la fibre nationaliste et a choisi de vivre et de fonder en Thaïlande une famille nouvelle avec une épouse thaïe de confession musulmane. C’est vrai que sa mère et moi, compte tenu de nos non-conformismes, ne l’avons pas encouragé à devenir un adepte de la bien-pensance, un homme à œillères, partisan du pas cadencé, des marches triomphales et des saluts glorieux qui débouchent presque tous sur des régimes assassins. Alex est à sa manière un libre penseur, un libertaire qui préfère les initiatives collectives à l’autorité d’un seul, la diversité à l’uniformité. Si on lui interdit l’accès à FB, il faut aussi me l’interdire à moi même et à tous ceux qui, aux discours politiquement corrects, préfèrent les pensées individuelles, affranchies et frondeuses… Je reviens à ma citation du début : Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. Viva la Libertad !

A propos de mon poème sur la mort, tranquillisez-vous, ce n’est pas moi que je mettais en scène mais tous ceux qui, comme moi, ont atteint les 4 fois 20 ans. Dans le Bateau ivre, Rimbaud s’est incarné dans le bateau et a fait une entrée en force :

« Comme je descendais des fleuves impassible » Cela avait intrigué le grand Théodore de Banville qui lui aurait dit : « pourquoi ne pas avoir commencé par je suis un bateau ivre qui… » Le jeune Arthur du haut de ses 17 ans aurait dit-on traité le grand maître des Parnassiens de « vieux con »… Dur ! Dur ! Dur ! A mon très modeste niveau, je me suis mis dans la peau du vieil homme face à la mort qui le guette, mais ce vieil homme, c’est vous, c’est eux, c’est moi, c’est nous tous. Sachez que je ne procrastine pas. Il est vrai cependant que j’ai une fâcheuse tendance, qui ne date d’ailleurs pas d’hier, à oublier toutes les obligations qui m’emmerdent ! Vivaaaa !

 

Sans la liberté de blâmer...Sans la liberté de blâmer...Sans la liberté de blâmer...
Sans la liberté de blâmer...Sans la liberté de blâmer...Sans la liberté de blâmer...
Sans la liberté de blâmer...Sans la liberté de blâmer...Sans la liberté de blâmer...

Partager cet article

Repost 0