Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un soleil anémié telle une ronde opale

S’est levé ce matin sur une mer gris pâle.

Obstruant l’horizon de leurs traines factices  

De livides cirrus s’étiraient jusqu’à Nice.

 

Le bleu du ciel lui-même avait beaucoup blanchi

A l’instar des cheveux d’une vieille lectrice

Assise sur le banc, près d’un mur défraichi

Où une plaque honore Nikos Kazantzakis.

 

Loin du pays natal  l’inventeur de Zorba

Séjourna à Antibes durant sa longue errance

Dans une rue fleurie qui se trouve à deux pas

Et qui lui rappelait la Crète de son enfance.

 

 

La dame lisait « La liberté ou la mort »

Un livre en harmonie avec ce décor

Où l’on avait gravé ces mots du grand félibre :

« Je ne crains rien. Je n’espère rien. Je suis libre »

JB

Je ne crains rien.Je ne crains rien.
Je ne crains rien.Je ne crains rien.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :