Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Il est parfois utile de se dire qu'on est toujours le con de quelques-uns, voire de beaucoup. Les faux amis sont légions, les vrais amis sont rares. C'est pourquoi il faut chérir les vrais et tout faire pour ne jamais les décevoir. Mon temps est devenu précieux, trop précieux pour le gâcher à écouter les inepties et les ruses des marchands d'orviétans, ces vendeurs d'élixirs capables de guérir tous nos maux. Comme beaucoup depuis des millénaires, je remue des rêves messianiques sans y croire. J'ai foi dans les idées, pas dans ceux qui s'en servent pour nourrir leurs ambitions personnelles. 
Dimanche donc, en citoyen responsable j'irai voter, pour avoir ensuite le droit de critiquer, sans connaître les deux individus qui auront leurs noms inscrit sur le bulletin. C'est pour le projet qu'ils affirment vouloir défendre que je les choisirai, mais sans me bercer d'illusions. Nous avons déjà été échaudés tant et tant de fois. Personnellement j'aspire à un changement profond, à une république où les élus n'auraient pas le droit au cumul et pourraient être révoqués sans attendre, s'ils faillissaient à leurs tâches. Je rêve à une démocratie authentique où la politique ne serait pas comme aujourd'hui un métier si pépère qu'on s'y encroute un peu trop facilement, mais une vocation, un service que les meilleurs d'entre-nous assureraient pour un lustre maximum. Ensuite ils redeviendraient des citoyens ordinaires et seraient de nouveau confrontés aux mêmes aléas que les autres. La Commune de Paris véhiculait déjà de tels idéaux que les Versaillais trouvaient pernicieux. C'est pourquoi ils l'ont écrasée sous leurs obus et les salves des chassepots. Allez une petite refiff qui se veut poétique pour peut-être vous mettre de bonne humeur et vous rassurer, qui sait ?????????

 

Les con-substantiels

Quand je crie mort aux cons
Je m’inclus dans ce cri
Car je suis, je le dis
Un con parmi les cons.

Oui, qu’on le veuille ou non
Tous autant que nous sommes,
Nous sommes des vrais cons
Et aussi de vraies connes.

Aucun n’est exempté
Par cette fatalité
Frappant l’humanité.

Et quand la conne rit
De la connerie,
Le con tout ébloui
Aussi s’en réjouit.

Il y a les cons incurables
Qui sont infréquentables,
Puis les vieux cons râleurs
Comme votre serviteur.

Dans notre genre humain
Les cons les plus navrants
Arborent l’air hautain
Des gros cons triomphants.

Il y a les cons qu’on aime
Les rêveurs, les bohèmes,
Et les cons affligeants
Ne pensant qu’à l’argent.

Salut à vous chers con-frères
Hommage à vous chères con-sœurs 
Vous êtes en tant que congénères
Des êtres chers à mon cœur.

Vivaaaaa !

 

CON-FIGURATIONCON-FIGURATIONCON-FIGURATION
CON-FIGURATIONCON-FIGURATIONCON-FIGURATION

Partager cet article

Repost 0