Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je pensais quand nous réalisions 52 sur la Une que ce cher Nicolas avait beaucoup de chance. Lui évoluait dans un environnement de rêve, nous dans un monde déjà amplement dévasté où toute une humanité menacée par les grands prédateurs industriels essayait de survivre sur des monceaux d’ordure, ou en se cachant de plus en plus loin du bruit et de la fureur des pilleurs de biotope, des tueurs de biodiversité.

 

 

Le culot de Hulot

 

J’ai toujours su qu’Hulot avait un grand culot

Pour ne voir de la terre que les lambeaux intacts

Dans son Ushuaia ou avec un grand tact,

Ignorant les déforestations, il filmait des enclos

 

De nature sciemment destinés aux émissions

Récréatives louant la beauté de la terre,  

Des océans, des forêts, des mers et des rivières.

Etaient hors caméra toutes les déprédations,

 

Les jungles de Bornéo ravagées pour produire

En masse des palmiers à huile et les Orangs Outans,

Traqués par les planteurs, qui se faisaient occire

 

A l’abri des regards. Que de pillages barbares

Que de pollutions ignorées, que de désastres patents

Occultés, pour ne montrer que les perles rares !

 

JB

 

 

 

 

Sonnet de ma fenêtreSonnet de ma fenêtre
Sonnet de ma fenêtreSonnet de ma fenêtreSonnet de ma fenêtre
Sonnet de ma fenêtreSonnet de ma fenêtreSonnet de ma fenêtre
Sonnet de ma fenêtreSonnet de ma fenêtre

Partager cet article

Repost 0