Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sonnet de ma fenêtre.

 

Renata, le Paco, puis Romane, cette petite maison a connu beaucoup de tendres visites agrémentées de petites fêtes et agitations familiales. Et puis d’un coup, plus de bruit. La cour est devenue silencieuse et seules les stridulations des cigales bercent notre mélancolie.  

 

 

Nostalgie

 

Il y a des matins où comme une limace

On se traine sans but, fatigué, douloureux.

Le moindre effort nous arrache des grimaces

Et la moindre pensée ne nous rend pas heureux.

 

On se sent aussi vide et creux qu’une baudruche

Et pourtant pondéreux, tel un gros sac de plomb.

On marche en se trainant et on fait le dos rond

Quand on s’assied, ce qui nous donne l’air d’une cruche.

 

« Allons ressaisis-toi ! » nous ordonne en nous

La volonté alanguie par notre inertie

Qui s’accommode mal de ces ataraxies

 

Fréquentes quand on se laisse dominer par l’âge.

Il nous faut l’écouter, se dresser vent debout

Pour de la vieillesse éviter le naufrage.

 

VIVAAA !  

 

 

 

 

SpleenSpleen
SpleenSpleenSpleen

Partager cet article

Repost 0