Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Ce matin toutes les radios consacrent leurs antennes aux ravages causés par Irma et annoncent qu’un nouveau cyclone nommé José s’est lancé à sa poursuite. Souvent, en écoutant les nouvelles, je fulmine. Certes quelques experts ont laissé entendre que le réchauffement climatique n’était pas pour rien dans la multiplication et la puissance de ces phénomènes météorologiques qui ont, il est vrai, toujours existé. On se contente de ce constat et on ne va pas plus loin.

Or ce n’est pas la première fois que la terre est confrontée à des réchauffements climatiques, il y en a eu 5 et tous ont abouti à des extinctions massives dont la plus grave a été l’extinction du Permien-Trias – la troisième - il y a 252 million d’années de cela, quand notre chère planète ne comportait pratiquement qu’un seul continent appelé la Pangée. Un volcanisme cataclysmique (dont on retrouve des traces en Sibérie) avec dégagement massif de CO2, de métaux lourds et de méthane, peut-être provoqué par la percussion d’une météorite qui aurait fissuré le manteau de la terre - comme pour l’extinction des dinosaures au crétacé-tertiaire, il y a 65 millions d’années – serait à l’origine de ce phénomène. Cela dit, à voir les monstres qui vivaient avant le permien, c’est plutôt une bonne chose qu’ils aient disparu.

Aujourd’hui, ce n’est pas une météorite qui est en train d’amorcer la sixième extinction, mais bien l’homme. Nos dégagements massifs de CO2 provoquent une montée générale de la température terrestre qui réchauffe les océans et fait fondre les pergélisols, libérant des masses de méthane qui sont de redoutables accélérateurs. Certains se souviennent peut être de cette chercheuse canadienne qui, approchant une allumette d’une petite mare causée par la fonte du permafrost, provoqua un jaillissement de flammes bleues, comme si elle avait allumé un réchaud à gaz.

On a vraiment le sentiment que ceux qui gouvernent le monde - les financiers via les politiciens – font tout ce qui est en leur pouvoir pour nous cacher cette très alarmante réalité. Il me semble évident que si les gens prenaient conscience du danger qui les menace, ils s’impliqueraient davantage. Déjà, les flux humains qui arrivent d’Afrique, où certaines régions sont victimes de sècheresse endémiques, devraient nous alerter. Mais non ! Tout est fait pour qu’on n’établisse pas de corrélations entre migration et détérioration du climat. L’évolution des cyclones, oui, peut être mais pas sûr.  La fréquence des canicules, ça joue sans doute, mais il y en a eu de mémorables dans le siècle passé. Les inondations, idem. La fonte des pôles, elle s’est déjà produite puisque le permafrost atteste qu’il y eut jadis de grandes forêts en ces lieux. Oui, quand ? à l’époque de la Pangée ? Avant la dérive des continents ou durant la disparition des dinosaures ? Oui, non, sans doute, faut voir … Bref, j’ai personnellement  le sentiment qu’on s’applique à nous désinformer pour éviter de nous paniquer, nos frayeurs risquant de perturber d’un coup la bonne marche des affaires et l’ordre des choses actuels. Rares, pour ne pas dire inexistants, sont les médias qui poussent la curiosité assez loin. Nous faisons tous la politique de l’autruche. Et pourtant il serait salvateur de regarder la réalité en face, de ne plus écouter les contrevérités de nos gouvernants ou des palabreurs professionnels de l’hémicycle qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez… Vivaaaa !

 

JB

Quand José court après Irma.Quand José court après Irma.
Quand José court après Irma.Quand José court après Irma.
Quand José court après Irma.Quand José court après Irma.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :