Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Bonjours les tourterelles qui venez picorer les miettes de ma tartine. Ouf ! Le soleil est de retour, vite à la promenade. Force est de constater, hélas, que mes hanches et mes genoux me trahissent et refusent de se faire oublier. Qu’importe, en avant ! Adelante ! Go ! Avanti ! Vivaaaaaa ! Bîjiiiii !

 

 

 

Promenade….

 

Après une pluie drue le soleil a chassé

Les brumes sales qui dissimulaient la mer.

Les ors éblouissants ont enfin terrassé

Les grisailles humides qui me rendaient amer.

 

On croit que l’air est sec sur la côte antiboise

Mais non, il ne l’est pas, et dans nos os dépose,

Même avec le ciel bleu et une mer turquoise,

Très insidieusement, les rouilles de l’arthrose.

 

Néanmoins la chaleur sèche l’oxydation

Des vieilles carcasses qui s’aident d’une canne

Et libère un peu leurs articulations

Qui souvent ne demandent qu’à se mettre en panne.

 

Alors il faut marcher, marcher vers la Garoupe

Sans hésiter, d’un bon pas de préférence    

Aux cris des goélands qui maraudent en groupe

Et au son du clocher qui donne la cadence.  

 

Le ciel est bleu, réveille-toi, murmure Trenet

Dans ma tête. Soudain je revois avec émoi,

Parmi des enfants de Savoie, un blondinet

Qui fredonnait « dans la troupe y a pas d’jambe de bois ».

 

Que de chaussures usées depuis ces colonies

De vacances où le sang bouillait dans nos veines.

Les photographies de ce temps-là ont jauni

Sur celle d’aujourd’hui un vieillard se promène…

 

JB      

Promenade.Promenade.
Promenade.Promenade.Promenade.
Promenade.Promenade.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :