Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Je trouve, voyez vous, pour le moins choquant qu’on en arrive a culpabiliser les cheminots qui font grève pour essayer de conserver des avantages acquis de haute lutte dans le passé, plutôt que les vrais responsables de l’endettement de la SNCF qui eux continuent dans cette même entreprise à toucher des salaires plus qu’indécents.  

Je trouve également choquant, à chaque fois qu’une grève de ce genre a lieu, que nos gouvernements s’ingénient à vilipender ceux qui la font et à dresser contre eux les usagers qui, je le reconnais, en sont souvent les premières victimes. Il est tout de même curieux qu’en faisant passer les cheminots, voire la plupart des fonctionnaires, pour des privilégiés, notre président et ses ministres puissent s’attirer l’approbation de gens aux revenus plus modestes. C’est très habile j’en conviens de dresser les travailleurs les uns contre les autres sous le seul prétexte que les uns sont plus avantagés que les autres. Ça leur permet de s’appuyer sur le plus grand dénominateur commun, le fameux PGCM qu’on apprenait à l’école pour justifier des réformes afin de mettre tous les travailleurs au même niveau, c’est à dire au plus petit. Hélas la plupart des syndicats devenus aujourd’hui un peu trop corporatistes n’arrivent plus à se faire entendre du plus grand nombre conditionné par les tracas que la moindre perturbation provoque dans ses quotidiennes routines.

Or, le vrai combat serait non pas de baisser le niveau de vie de certains travailleurs mieux lotis que les autres mais bien de hisser tous les autres à leur hauteur ! C’est parce qu’on se trompe de cible que 1% seulement des humains, les plus rapaces cela va de soi, peut accaparer dans ses serres, sans trop susciter de résistance, presque 90% des richesses planétaires. Ce sont à eux qu’il faudrait imposer le plus grand dénominateur commun et non pas aux seuls travailleurs. Alors, par un principe de vases communicants on verrait sur toute la surface du globe reculer la misère et disparaître les insupportables contraintes que ces « Maîtres du monde » imposent aux multitudes par l’intermédiaire des laquais qui sont à leur service.

Les cheminots partent plus tôt à la retraite, parfait ! Elle est parmi les plus élevées tant mieux ! Ce qu’il faut, c’est transformer cette exception en règle et lutter partout, dans toutes les entreprises, pour obtenir le même statut. L’homme n’est pas venu sur terre pour s’échiner au travail, passer les heures les plus précieuses de sa vie dans les transports en commun, les fabriques, les bureaux. La robotique et l’intelligence artificielle pourront d’ici peu faire la plus grande partie du travail à sa place. Avec l’état d’esprit qui prévaut aujourd’hui qu’adviendra-t-il des laissés pour compte ? Seront-ils, comme c’est déjà le cas dans certains pays d’Afrique, d’Amérique latine ou d’Asie condamnés à croupir dans la fange ou soumis à des tâches abjectes qui étaient jadis réservées aux esclaves ? Je sais, certains vont penser que je délire et pourtant qui aurait cru, il y a 50 ans que les trains n’arriveraient plus à l’heure, que la SNCF serait criblée de dettes et que les cheminots appréciés des Français, deviendraient la cible de nos dirigeants et d’une majorité d’usagers ? Ce qui paraît Invraisemblable aujourd’hui peut devenir chez nous la réalité de demain si nous continuons à nous laisser mener par le bout du nez et à ne  nous soucier que de nos petits égoïsmes.

 

Vivaaaa la revolucion!adelante !

Grève des cheminots : ne pas se tromper de cible !Grève des cheminots : ne pas se tromper de cible !
Grève des cheminots : ne pas se tromper de cible !Grève des cheminots : ne pas se tromper de cible !Grève des cheminots : ne pas se tromper de cible !
Grève des cheminots : ne pas se tromper de cible !Grève des cheminots : ne pas se tromper de cible !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :