Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Bis repetia. Je « relafontainise ». Hier on parlait des moutons. Jetons aujourd’hui un œil intéressé sur les rats. Peut-être nous apprendront-ils quelque chose. 

 

Des rats très avisés régnaient sur un Etat

De droit, pour disaient-ils mieux régir leur nation.

Les gris et les blancs présentaient leurs candidats

Depuis des décennies à chaque élection.

 

Un coup c’étaient les blancs, un coup c’étaient les gris

Qui par de belles phrases captaient les suffrages

Mais le pouvoir atteint, leurs mots s’étaient taris

Et seuls les gros rats y trouvaient avantage.

 

Vint alors un rat noir qui se voyait de loin.

Il semblait audacieux, parlait avec ferveur.

Se gaussant des vieux rats, et de leur baragouin,

Il promettait à tous un avenir meilleur.

 

Ce nouvel arrivant charma des électeurs

Lassé par les anciens et leurs logomachies

Mais sitôt élu, il accorda ses faveurs, 

Tels ses prédécesseurs, aux gros rats enrichis  

 

Quelques rats écœurés voulurent vivre ailleurs

Dans un nid vraiment neuf où le sens du partage

Et la fraternité seraient les seules valeurs.

Les troupes du rat noir procédèrent au saccage.

 

Moralité : les rats, quelles que soient leurs couleurs,

Dès qu’ils sont aux commandes, servent les mêmes maîtres.

Et faute de pouvoir les faire disparaître,

Il faut se méfier de tous ces beaux parleurs.

 

Jean Bertolino

 

 

 

 

Le gouvernement des ratsLe gouvernement des rats
Le gouvernement des ratsLe gouvernement des rats
Le gouvernement des ratsLe gouvernement des ratsLe gouvernement des rats
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :