Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Allez mes douces tourterelles et galants tourtereaux, je vous invite à méditer sur cette fable inspirée par le moineau païen, infidèle et goy qui ce matin selon son habitude s’est fugitivement posé sur la rambarde de ma fenêtre.  

 

 

 

Trois frères aimaient un Dieu qui n’était pas le même

Yahvé était le nom du Dieu qu’aimait l’ainé

Dieu par Jésus avait la ferveur du deuxième

Et c’est le grand Allah que priait le dernier.

 

Ils se dirent que le vrai dieu était le leur

Et quand ils le louaient ils se sentaient si forts

Si pleins de certitude, qu’ils devinrent querelleurs.  

Hélas aucun des trois ne conçut d’avoir tort.

 

Alors de père en fils ils se firent la guerre,

Une guerre éternelle qui a plus de mille ans

D’abord avec des sabres ou des cimeterres

Et puis avec des bombes et des gaz asphyxiants.

 

Tuez ! Leur dit ce dieu qui les rendit pervers

Ce dieu qu’ils croient puissant et miséricordieux

Ce dieu qu’ils qualifient de roi de l’univers

Ou ce dieu créateur de la terre et des cieux.

 

Trois dieux alors qu’un seul eût, qui sait, fait l’affaire

Si ce dieu leur avait donné de bons avis 

Et appris que ce n’est pas au ciel mais sur terre

Qu’on pouvait en s’aimant construire un paradis

 

Moralité à quoi bon chercher dans les cieux

Ce qui peut-être est sous nos yeux.

 

JB

  

Les trois frèresLes trois frères
Les trois frèresLes trois frèresLes trois frères
Les trois frèresLes trois frères
Les trois frèresLes trois frères
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :