Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

A quoi bon vous rappeler que la plupart des parlementaires m’agacent profondément. Pourtant ils sont, je pense, le reflet de notre humanité et si l’on veut que ça change, il faudrait, tous autant que nous sommes, nous remettre en cause, faire l’effort d’être en conformité avec les idées que nous prétendons avoir, cesser d’être dogmatique ou manichéen, devenir libre et fraternel non pas en paroles, mais dans nos actes. En sommes nous collectivement capables ? That is the eternal question et tant qu'elle ne sera pas résolue, nous aurons des élus agaçants qui sont à notre image…

 

 

Il rêvait d’une Afrique, par lui, électrifiée

Puisqu’il n’en parle plus, peut-être l’a-t-elle été ?

Il a aussi conçu un plan pour les cités

Commandé par Macron qui ne s’y est pas fié.

 

Sachant qu’avant le sien, dix plans avaient été

Financés pour, un peu plus tard, tomber à l’eau, 

Il jugea préférable de le rejeter,

Et fit perdre la face à ce pauvre Borloo

 

Qui avait trouvé là de quoi se ressourcer.

Beaucoup d’ex ministres retirés du terrain

Recherchent des aubaines pour ne pas s’effacer.

Celle-ci était louable mais d’autres le sont moins  

 

Comme ces fondations qui servent de tremplin

Pour des apparitions  furtives et matinales.  

« Prospective et innovation » de Raffarin

« Fondation Jean Jaurès » de Ségolène royal.

 

N’étant plus aux manettes, que valent leurs facondes ?

Ils n’ont rien à promettre et, glosant sur du vent,

Ils ne font pas recette et sont boudés des ondes.

Personne ne les regarde quand ils passent à l’écran.

 

Les rebonds escomptés sont tous très éphémères.

Quelques sautillements et retours au placard.

Qu’il doit être pénible pour tous ces cumulards

Cet espace obscur après tant de lumière.

 

Comme les moustiques autour des lampadaires

Nos députés s’agitent quand ils sont rassemblés

Et que les projecteurs des médias les éclairent.

Des que les spots s’éteignent ne viennent aux assemblées

 

Que quelques bons élèves soucieux dans le silence

De pouvoir zézayer sans être obnubilés

Par les cohues bruyantes qui se sont envolées

Ou quelques attardés frappés de somnolence.

 

Comment peut-on élire des culicidés

Qui nous blèsent toujours les mêmes platitudes

Jouent à se chamailler mais dont la seule idée

Et d’être bien au chaud, selon leur habitude ?

 

Un jour viendra peut-être où nous les chasserons

Ces moustiques bavards source de nos courroux.

Mais pour ça il faudra que nous mêmes changions

Pour élire des justes au lieu de ces filous.

 

Vivaaaa !

 

JB

 

  

Les moustiques au placard…Les moustiques au placard…Les moustiques au placard…
Les moustiques au placard…Les moustiques au placard…
Les moustiques au placard…Les moustiques au placard…Les moustiques au placard…
Les moustiques au placard…Les moustiques au placard…
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :