Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De ma fenêtre d’Antibes les sonorités extérieures m’inspirent ce que j’appellerais les coulisses d’un mondial vues par nos petits voisins, la plupart très discrets.

 

 

Mon cher biotope…

 

Les goélands passent dans un ciel nuageux

Et ne comprennent rien à ce drôle de jeu

Où l’on se battrait presque pour un ballon rond.

Ils ne s’excitent, eux, qu’en pêchant le poisson.

 

Les poissons se faufilent dans une mer peu claire

Troublée par les baigneurs qui ont envahi leurs aires

Eux aussi notre foot les laisse indifférents.

Ils ne s’affolent que quand piquent les goélands.

 

Le rouge-gorge vivant dans le micocoulier

S’étonne que des gens se mettent à crier

Et à klaxonner comme des forcenés

Affolant dans le nid ses petits nouveaux nés.    

 

Quant aux discrets geckos qui vivent sous le toit

Et vers la jardinière se faufilent en sournois

Pour chasser les insectes, ils se glacent d’effroi

A chaque but marqué durant ce grand tournoi.

 

Et le pinson qui tôt me charme de ses trilles

Là dans le néflier où la nuit il roupille

N’ose plus s’exprimer devant tant de clameurs

Humaines qui font battre son tout petit cœur.

 

Et tout là-bas, au loin, les cloches de la Garoupe

Invitent au silence les turbulentes troupes.

 

VIVAAAA !

Pacem in terrisPacem in terrisPacem in terris
Pacem in terrisPacem in terrisPacem in terris
Pacem in terrisPacem in terris
Pacem in terrisPacem in terris
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :