Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce matin j’ai les boules et j’ai envie de pousser un vrai coup de gueule. Je sais que beaucoup d’entre nous sont piégés par leurs emprunts, leurs pensions, et surtout par la crainte du pire. Pourtant ne faudrait-il pas croire au meilleur ?

 

Quand je vois…

 

Quand je vois qu’en Afrique on boit de l’eau croupie

Que tant de villageois ignorent l’eau potable

Et que leurs dirigeants sont tous des assoupis

Ventrus qui regorgent de tout à leur table ;

 

Quand je vois qu’en Inde pas la moindre roupie

Ne vient adoucir l’implacable misère

Des errants démunis, des paysans sans terre

Alors que les élus s’empiffrent sans répit ;

 

Quand je vois qu’en Chine les lois collectivistes

Ont été remplacées par celles des milliardaires

Et qu’en Russie, aussi, la richesse prospère

Dans l’oubli d’idéaux prétendus communistes ;

 

Quand je vois que chez nous, il n’y pas de relève

A ces accapareurs qui déclarent la guerre

Aux vieux acquis sociaux conquis à coup de grèves

Et qu’au lieu de se battre, le peuple désespère ;

 

Quand je vois que des gens dans la force de l’âge

Qui ont fait des emprunts pour se mettre en ménage

Redoutent les humeurs des foules survoltées

Et craignant la faillite n’osent se révolter ;

 

Alors, j’ai envie de hurler sans barguigner  

Debout endettés, vous les gens dans la gêne.

Il faut avoir l’audace de briser ses chaines

Et croire qu’en perdant tout, on a mieux à gagner.

 

N’attendez rien de celui qui vous éblouit

En vous offrant la lune si vous votez pour lui.

Oubliez les écrans gérés par les filous

Descendez dans les rues et parlez entre vous.

 

 

VIVAAAAA !

 

 

         

Quand je vois...Quand je vois...Quand je vois...
Quand je vois...Quand je vois...
Quand je vois...Quand je vois...
Quand je vois...Quand je vois...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :