Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Bonjour mes gentes dames et galants damoiseaux…

Laissons ce matin la politique au placard. Regardons ensemble l’aurore aux doigts de rose et marchons vers la mer.

 

 

Ici aussi les aurores peuvent être des sanguines

Avec des ciels de feu qui donnent la berlue,

Mais la mer pourtant proche est soustraite à ma vue

Par un vieux pin penché et les maisons voisines.

 

J’entends le bruit des vagues qui heurtent les remparts

Et les cris des mouettes dont c’est l’observatoire.

Voici que le clocher martèle mon retard.

Vite, marchons d’un bon pas vers l’immense baignoire

 

Dont les flots bleus se perdent là-bas dans les lointains.

La plage est déserte. Les baigneurs dorment encore

Je nage dans l’eau claire, je nage avec entrain.

 

Surgissant des algues comme des météores.

Les poissons dérangés semblent en plein désarrois.

Je suis seul parmi eux. La mer est toute à moi.

 

JB    

Le bain du matinLe bain du matin
Le bain du matinLe bain du matinLe bain du matin
Le bain du matinLe bain du matin
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :