Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Hier soir sur mon banc de l’îlette, à Antibes...

 

La rade de Nice se noyait dans la brume.

Le ciel était couvert, la lumière ternie.

La mer toute figée, privée de son écume,

Etalait son teint boueux jusqu’à l’infini.

 

Un crépuscule laid s’installait sous nos yeux

Avec ses grisailles qui nous rendent moroses,

Quand le rideau de cirrus qui cachait les cieux

S’entrouvrit pour laisser passer un rayon rose. (suite apres cette chose)

 

 

En teintant les nuages de sa douce couleur,

Il transforma la soirée en apothéose.

Les joueurs de pétanque furent frappés de stupeur,

 

Ainsi que les pêcheurs et tous les promeneurs.

Impossible de résister au charme de la mer

Aussi belle soudain que les aurores d’Homère.

 

Vivaaa !

 

JB

 

 

La pub qui s'inscrit dans les textes est récente. Elle se fait contre ma volonté sans qu'on m'ait demandé mon avis. Ne la lisez surtout pas. C'est une intrusion.

 

Et la mer soudain devint rose…Et la mer soudain devint rose…
Et la mer soudain devint rose…
Et la mer soudain devint rose…Et la mer soudain devint rose…
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :