Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Josué et Jésus, un sacré contraste !

 

Josué et Jésus sont un seul et même prénom mais les deux plus illustres personnages qui le portaien n’avaient absolument rien en commun hormis d’être tous deux de confession juive, dans ces temps héroïques où en Palestine incubaient des civilisations qui allaient prospérer au Moyen Orient et en Europe. Notre barde occitan va les dépeindre avec une verve qui m’épate toujours. Je ne vais donc pas le trahir en m’attardant sur ces deux hommes qui sont deux des trois piliers de l’histoire en devenir sur les rives de la Méditerranée.

Néanmoins, il est bon de savoir que ce ne sont pas les trompettes des Hébreux qui ont fait s’effondrer les murs de Jéricho en terre de Canaan. Des séides infiltrés, très lointains ancêtres des agents du Mossad, avec l’aide d’une prostituée cananéenne nommée Rahab, parvinrent de l’intérieur à ouvrir une porte dérobée de la ville par où, subrepticement, les combattants de Josué s’infiltrèrent pour perpétrer le premier grand massacre qui marqua leur conquête de la Palestine. Cette terre où abondaient le lait et le miel les avaient tant fait rêver durant leur longue errance affamée dans le désert du Sinaï. Mais j’en dis trop. Place à la belle et sonore langue versifiée de l’ami Perpère. Viva !

 

 

YESHUA

 

 

Les Saintes Ecritures ont transmis la mémoire

De deux illustres héros qui ont marqué l’Histoire,

Et tous deux désignés par un nom identique

Qu’on supposait chargé d’effets prophylactiques.

 

Le premier Yeshua — en hébreu “Dieu le sauve”—

Etait loin d’adhérer aux idées Peace and Love !

C’était même, lit-on, un soudard sans pitié

Qui, chez les vaincus, ne faisait pas de quartier

 

Mandant que tous fussent passés au fil de l’épée,

Les vieux comme les jeunes, les femmes et les bébés,

Et même les moutons, les ânes et les taureaux.

C’est ainsi, dit la Bible, qu’il fit à Jéricho.

 

Le second Yeshua naquit beaucoup plus tard,

Quand les Juifs renâclaient sous le joug de César.

Pour ceux de l’alentour et habitants du lieu

C’était le fils aimé d’un artisan fort pieux

 

Et d’une jeune femme au doux nom de Myriam

Dont la grâce disait la distinction de l’âme.

Mais ce Yeshua-là contrairement à l’autre

Etait un brave type. Il fut suivi d’apôtres.

 

Il claironnait partout que tous les hommes sont frères

Et que Dieu est amour ! Cela lui coûta cher :

Le fouet, les épines et la mort sur la croix.

Le héraut de l’amour de la haine fut la proie !

 

Du Yeshua biblique, on transcrivit deux noms :

Josué pour l’égorgeur, Jésus pour l’homme bon.

C’est bien à ce dernier que je rends grand hommage,

Pour, bien qu’il soit utopique, la beauté du message.

 

Jean-Claude Perpère

 

 

La pub qui s'inscrit dans les textes est récente. Elle se fait contre ma volonté sans qu'on m'ait demandé mon avis. Ne la lisez surtout pas. C'est une intrusion.  

 

Josué et Jésus, un sacré contraste ! Josué et Jésus, un sacré contraste !
Josué et Jésus, un sacré contraste ! Josué et Jésus, un sacré contraste ! Josué et Jésus, un sacré contraste !
Josué et Jésus, un sacré contraste ! Josué et Jésus, un sacré contraste !
Josué et Jésus, un sacré contraste ! Josué et Jésus, un sacré contraste !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :