Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Bon dieu que se passe-t-il. Le soleil se fait désirer et Antibes se croit en Irlande ou naissent les dépressions qui inondent la France. Vite que l’anticyclone des Açores reviennent sécher cet air trop humide qui nous rigidifie.

 

Averse.

 

Il pleut sur Antibes mais il luit dans mon cœur

Ce soleil qui se cache derrière un ciel bien gris

Je sais qu’il reviendra redorer les couleurs

Qui durant son absence se sont appauvries.

 

Mais il y a quand même dans ces teintes sans éclat

Une beauté austère. Les verts sont plus profonds

Les jaunes moins aguicheurs, les rouges plus grenats

Et la mer nous subjugue par ses lames de fond

 

Qui heurtent les remparts, en crachant leur fureur.

L’averse tombe dru, et l’eau fuit des gouttières

La rue muée en torrent chasse les promeneurs.

Soudain, c’est le grand flash. Un peu avant le soir

 

Le soleil réapparait et se réverbère

Sur toutes les gouttelettes qui se muent en miroirs.

L’aveuglement est bref. Des cumulus noirs

S’empressent d’effacer cette térébrante lumière.

 

Il pleut sur Antibes mais il luit dans mon cœur

Ce soleil qu’est la vie, même avec les douleurs

Tourmentant le vieux corps, jadis très aguerri

Qui s’accroche à elle parce qu’elle lui sourit.

 

Vivaaa !

 

JB

AVERSEAVERSEAVERSE
AVERSEAVERSE
AVERSEAVERSE
AVERSEAVERSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :