Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

J’avais commencé ce poème hier matin en colère.  Je l’ai terminé le soir, au retour d’une visite chez une amie à Villefranche-sur-mer. Notre Dame était en flamme. J’étais au bord des larmes.

 

 

 

On a souvent tout faux quand survient la colère

On perd l’entendement, on devient excité.

Elle est, nous dit l’adage, mauvaise conseillère

Et chasse de notre esprit toute lucidité.

 

A Antibes, il est vrai, je me suis entiché

D’une jardinière que j’ai parée de fleurs,

D’arbustes, de cactus dans le but recherché

D’embellir notre rue, de plaire aux promeneurs.

 

A propos d’une euphorbe que l’on m’avait volée

Et qui laissait un trou comme une dent arrachée

Dans ce bout de nature que j’ai tant cajolé,

J’ai été sur le coup horriblement fâché

 

Au point d’être obsédé par un courroux vengeur.

Mais de ce vil larcin je ne fais plus un drame.

Une vraie tragédie a épreint mon vieux cœur

Quand j’ai vu s’effondrer la flèche de Notre Dame.

 

Plusieurs siècles d’histoire, par ce feu destructeur

S’embrasaient sous mes yeux, s’effaçaient crescendo.

Etait-ce Esmeralda, était-ce Quasimodo

Ces ombres affolées qui couraient dans les lueurs ?

 

JB

 

 

 

 

 

DouleurDouleur
DouleurDouleur
DouleurDouleur
DouleurDouleur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :