Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Putains de cuistre !

 

Hier partis de Paris sous un soleil radieux, nous sommes arrivés à Antibes sous la pluie. J’anticipais en chemin le plaisir que j’allais éprouver à revoir ma jardinière. Cette jardinière qui est devant notre maison, je l’entretiens pour que notre rue soit belle et fleurie, comme le font mes proches voisines devant leur propre demeure. Ce sont elles d’ailleurs qui viennent arroser nos plantes quand nous sommes absents. J’avais été prévenu par l’une d’elle quelques jours plus tôt. « On vous a volé une euphorbe ». Oui mais quand on est dans la capitale, on ne ressent pas les effets d’un tel acte de la même manière que lorsqu’on est sur place.

Là, voir un trou en guise de ce beau cactus qui se dressait fièrement comme une colonne verte hérissée de piquants censés dissuader les prédateurs, m’a fait bouillir de rage. Si j’avais surpris les auteurs de ce vol, je leur aurais, sans hésiter, fracassé le crâne à coup de pelle. Vous allez penser, à juste titre, que c’est une réaction disproportionnée mais, bon dieu l’acte est si trivial, si mesquin, si irrespectueux, si radin. Cette Euphorbe m’avait coûté une quarantaine d’euros. Elle avait bien prospéré depuis et en valait peut-être 70. Pour faire une économie de 70 euros, ces gens qui viennent la nuit avec une pelle déplanter une belle œuvre de la nature dont j’avais longuement calculé l’emplacement pour qu’elle apporte sa touche spécifique à l’ensemble de la jardinière, que sont-ils d’autres que de haïssables nuisibles ? Et je suis absolument certain que ce ne sont pas de petits loubards qui on fait ça. Non ! A mon avis, ce sont des gens plutôt aisés ayant les moyens de posséder un appartement avec terrasse vue mer et qui cherchent à l’embellir à bon compte.

Pauvre Euphorbe qui va sans doute dépérir car ici elle avait une copine qu’ils ont daigné me laisser et qui elle aussi se morfond. Alors, qu’avons-nous fait à peine arrivés ? Nous nous sommes précipités chez le fleuriste et en avons choisi une autre, bien plus imposante encore que la précédente, avec trois fûts et plusieurs bras, pour réparer notre jardinière, mutilée par des cuistres !

 

Jean Bertolino   

  

 

Les tueurs de jardinsLes tueurs de jardins
Les tueurs de jardinsLes tueurs de jardins
Les tueurs de jardinsLes tueurs de jardins
Les tueurs de jardinsLes tueurs de jardins

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :