Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les arpenteurs des cités

 

Ce poème raconte notre promenade hier dans Paris

 

 

On s’était surnommés « arpenteurs des cités »

Et l’on a « piétonné » sur tous les continents

Dans des mégapoles bruyantes et agitées

Et dans des villes mortes au silence prenant.

 

Leurs noms nous emplissent d’images féeriques

De parfums, de couleurs, de foules vagabondes

Ils chantent dans nos têtes comme des mots magiques

Qui nous emportent loin en moins d’une seconde.

 

Bangkok, Phnom Penh, Saïgon, Tulum, Oaxaca.

Le Mexique est parti. Est-on aux Canaries ?

On y était mais déjà on est chez les Incas

Et du Machu Picchu on revient sur PARIS.

 

On marche de Vaugirard à la place Saint Sulpice.

On déjeune chez Sergio à Saint Germain des Prés

Puis de la rue Bonaparte, par la force motrice

De nos vieilles guiboles, de la Seine diaprée

 

Par un soleil tout neuf, on va longer la rive

Droite, bordée de péniches. Un très léger méandre

Conduira cahin-caha nos pensées évasives,

Au son des bateaux mouches, sous le pont Alexandre.

 

Au pont de l’Alma on refera surface.

On rejoindra la rue de l’Université

Qui, sur la rive gauche, habilement s’efface

Du grand tumulte urbain. Dans un salon de thé,

 

Près du musée des Arts Premiers, un bref arrêt

Apaisera les douleurs d’une hanche rebelle.

Après une citronnade au gingembre, d’un trait

On atteindra le champ de Mars et la tour Eiffel.

 

Les vieux même en boitant s’efforcent de marcher

Les jeunes eux se déplacent avec des trottinettes

Qui envahissent les rues, les places et les marchés

Et quand ils sont lassés, sur les trottoirs les jettent

 

C’est l’ubérisation dans toute son horreur

D’autres très mal payés pour faire les larbins,

Les rechargent la nuit et, au petit matin

Viennent les aligner pour les clients jeteurs,.

 

Mais Paris est la ville de ces deux arpenteurs.

Ils ont dans leur mémoire tant de belles cités

Qui se rappellent à eux quand ils sont dans la leur

Qu'ils vont en rêvassant, sans se précipiter.

 

Vivaaaa !

 

JB

Les arpenteurs des citésLes arpenteurs des citésLes arpenteurs des cités
Les arpenteurs des citésLes arpenteurs des cités
Les arpenteurs des citésLes arpenteurs des citésLes arpenteurs des cités
Les arpenteurs des citésLes arpenteurs des cités
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :