Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand la DMLA est là

Quand la vue baisse, l'imagination s'accroit

 

 

Il s’en met plein les yeux, parce que ses yeux le quittent

Et ne supportent plus les rayons du soleil.

Les lumières trop vives lui sont hélas proscrites

Sauf quand il les rêve dans ses légers sommeils.

 

Il lui reste quand même quelques aurores roses,

Ou safranées comme les appréciaient Homère,

Des lumières mouillées que le crachin arrose

Entre deux éclaircies qui font luire la terre.

 

Il lui reste les fleurs qui résistent à l’ombre

Grâce à leurs couleurs capables de s’adapter,

De garder un éclat même dans les coins sombres

Et, durant le temps de vie qui leur est compté,

 

D’embellir tous les lieux où elles ont éclos.

Ce peut être près d’un mur sur les quais de la Seine

Au cœur du vieil Antibes dans un petit enclos

Ou dans le jardinet d’une maison toulousaine.

 

Ce peut être sur les rives de la Chao Phraya

Ou celles du Mékong son très proche voisin.

Ce peut être sur un balconnet de Baya

Ou de Belo Horizonte qui n’est pas très loin.

 

Ce peut être partout dans ces propices heures

Où l’œil n’est plus blessé par des rayons trop forts

Et quand la cécité le privera des fleurs

Leur parfum l’aidera à les revoir encore.

 

VIVAAA !

 

JB 

 

  

 

Quand la DMLA est làQuand la DMLA est là
Quand la DMLA est làQuand la DMLA est là
Quand la DMLA est làQuand la DMLA est là
Quand la DMLA est làQuand la DMLA est là
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :