Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce n'est qu'un début...

 

Inspiré par la canicule…

 

 

Ce n’est qu’un début…

 

Ce matin les oiseaux épargnent leurs efforts

En prévision des feux que dardera le soleil

Qui rougeoie déjà comme un cruel athanor

Visant à cramer les humains dès leur réveil.

 

Le maître de ce four qui transforme la matière,

L’alchimiste cosmique qui nous a donné vie,

S’acharne aujourd’hui sur la planète terre

Qui à cause de nous s’est beaucoup enlaidie.

 

Il l’avait placée là, dans cette immensité

A la bonne distance de l’astre flamboyant

Pour qu’elle puisse engendrer une biodiversité

Féconde et prospère dans un milieu verdoyant.

 

Après les dinosaures aux effets affligeants

Elle privilégia des êtres plus intelligents

Conçut des mammifères beaucoup moins destructeurs

Et de nombreux primates au profil prometteur.

 

C’est parmi ces derniers quelle conçut son malheur,

Façonna un bipède doté de mains habiles

Qui était de surcroit un excellent marcheur

Capable de s’adapter dans tous milieux hostiles.

 

Elle-même surprise par ses grandes capacités

Sa beauté, sa finesse et sa vivacité

Lui accorda bientôt une injuste préférence

Fit preuve à son égard de toutes les indulgences,

 

Se laissa façonner par LUI avec émoi,

Au point qu’il ne vit plus en elle son inventeur

Mais une possession lui échéant de droit,

Et pour la remplacer se chercha des tuteurs.

 

Philosophes, guides spirituels, déesses, dieux,

Furent alors vénérés par tous ces matricides

Qui ravageaient la terre en vénérant les cieux

Et pratiquaient entre eux d’insanes génocides

 

Que seule leur espèce avait osé concevoir.

Ils ont tout fait, pollué, envahi, massacré.

La terre, les concernant, n’a plus aucun espoir

Et donc plus de bienveillance à leur consacrer.

 

L’athanor céleste peut la chauffer à blanc,

Et de cette alchimie une transmutation

Effacera les hommes et leurs profanations

Pour rendre la planète aussi belle qu’avant.

 

Ça chauffe mes amis, et ce n’est qu’un début.

Je plains ceux qui suivront quand on n’y sera plus.

Nous, on aura connu les dernières splendeurs

D’un monde que consument les trop fortes chaleurs

 

JB

 

 

Ce n'est qu'un début...Ce n'est qu'un début...
Ce n'est qu'un début...Ce n'est qu'un début...
Ce n'est qu'un début...Ce n'est qu'un début...
Ce n'est qu'un début...Ce n'est qu'un début...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :