Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ô mon île au soleil!

Le grand désenchantement.

 

Le bateau ici c’est le train, en plus extra,

Hier, le catamaran, était là, pile à l’heure,

Il mit, en premier lieu, le cap sur Hydra

L’Ile où les mulets remplacent les moteurs.

 

Il vomit sur le quai son flot de voyageurs

Puis en avala d’autres avec gourmandise

Et fila sur Spetses, l’île réputée exquise

Avec son palace et ses splendides demeures.

 

L’an dernier nous avions succombé à son charme

Et nous étions restés sur cette belle impression.

Imaginez quelle fut notre désillusion

D’être soudain assourdis par un affreux vacarme.

 

Des quads, des motos, jaillissaient de toutes parts

Montés par des touristes pollueurs et nullards

Qui préféraient cette locomotion revêche

Au silencieux vélo, au doux son des calèches

 

Eh oui « business first » ! De rapaces loueurs

Ont envahi Spetses avec ces  mécaniques

Qui grisent des inconscients œuvrant avec ferveur

A l’accroissement du réchauffement climatique.

 

L’île n’est pas très grande. Ses routes sont faciles.

La bicyclette aurait pu être sa vocation.

Il fallait pour cela frapper d’interdiction

Ces bruyants engins qui attirent les imbéciles.

 

Hydra doit son succès à ses ânes ou bardots

Au pas sûr et tranquille, pour grimper ses falaises.

A Spetses les vélos auraient pu combler d’aise

Les touristes conscients et faire fuir les idiots.

 

Je de dis avec force car c’est un grand gâchis.

L’île aurait pu avoir un label écolo

Qui l’aurait, j’en suis sûr, beaucoup plus enrichie

Que tous ces amateurs de quads et de motos.

 

JB

Ô mon île au soleil!Ô mon île au soleil!
Ô mon île au soleil!Ô mon île au soleil!
Ô mon île au soleil!Ô mon île au soleil!
Ô mon île au soleil!Ô mon île au soleil!
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :