Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'enrage...

Dans la nature je vois le beau. Dans les grandes villes je vois le laid…

 

J’enrage…

 

Etrange ce cerveau qui est niché en moi

Quand je suis à Antibes ou encore en Savoie

Je m’attache à mes proches et aux paysages

Mais sitôt à Paris, assez souvent, j’enrage.

 

 J’enrage parce qu’aucune vue ne me distrait,

Que mes voisins n’ont pas un très grand intérêt,

Que mes fenêtres m’offrent pour seul horizon

Une cour qui me fait l’effet d’être en prison.

 

J’enrage de voir quand dans mon quartier je piétonne,

Ces files de voitures qui polluent l’air ambiant,

Ces jeunes l’œil rivé sur l’écran des Smartphones

Qui comme des zombies me bousculent en passant.

 

J’enrage d’être frôlé par toutes ces trottinettes

Faites pour des frimeurs qui, sans se tracasser,

En fin d’itinéraire, sur les trottoirs les jettent

Sachant qu’un employé viendra les ramasser.

 

J’enrage de voir la France totalement soumise

A une Europe qui impose sa loi du marché

Peu propice à l’essor de nos grandes entreprises

Lesquelles, faute de contrats, risquent de licencier.

 

J’enrage car ici, plus qu’ailleurs, c’est certain

Je ressens les carences de notre genre humain

Malgré tous les grands génies qu’il a enfantés

Il reste dans son ensemble toujours très limité.

 

J’enrage, et c’est pourquoi parfois je fuis Paris

Et m’en vais retrouver dans mes plus chers parages

De montagnes, de mer, de superbes images,

Et une pensée sereine loin des grands hourvaris.

 

VIVA

 

JB

 

J'enrage...J'enrage...
J'enrage...J'enrage...J'enrage...
J'enrage...J'enrage...
J'enrage...J'enrage...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :