Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Mare nostrum

Après les rivières et les fleuves, la mer.

 

Si j’étais un océan, ou si j’étais la mer

Notre mer surnommée le nombril de la terre

Et qui fut en tous cas notre nombril à nous,

Gréco-latins bercés par ses subtils remous,

 

Je n’arrêterais pas mes soudaines fureurs.

Submergeant sans retenue mes antiques rivages

Qui furent défigurée par de grands prédateurs 

Je les engloutirais pour libérer mes plages.

 

Je serais sans pitié pour ces êtres cupides

Sils s’obstinent à polluer mes eaux céruléennes

Par des hydrocarbures et des rejets acides

Qui souillent et détruisent mes parures coralliennes.

 

Qu’ils cessent de s’en prendre à ma faune et ma flore,

Victimes d’un écocide aveugle et permanent,

Sinon j’engloutirais  leurs villes et pire encore

J’accroitrais mes tempêtes et mes et mes déferlements.

 

J’ai dans mes profondeurs du méthane en surplus.

C’est un accélérateur du réchauffement.

Si je m’en débarrasse, l’air deviendra brûlant

Vous y passerez tous et vous l’aurez voulu !

 

 

A bon entendeur, salut !

 

JB

 Mare nostrum Mare nostrum Mare nostrum
 Mare nostrum Mare nostrum
 Mare nostrum Mare nostrum
 Mare nostrum Mare nostrum
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :