Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si j’étais un arbre

Après avoir fait parler les rivières puis la mer pourquoi ne pas écouter ce que les arbres ont à nous dire.

 

Si j’étais un arbre...( à lire après cette maudite pub)

 

 

 

 

 

 

Si j’étais un arbre je devrais avoir très peur

Devant les grands massacres qui frappent mon engeance

Mais ce serait à l’homme faire bien trop d’honneur.

Ce tard venu nous croit dénué d’intelligence.

 

Comment pourrait-il capter notre désespoir

S’il prétend qu’être humain, c’est être sensible aux autres ?

Quel orgueil que de réciter des patenôtres

A un dieu qui est lui, regardant son miroir.

 

La terre à ses débuts telle une magicienne

Devinant qu’elle devrait préserver l’atmosphère

Polluée par les volcans, ne sachant trop que faire,

Nous attribua la fonction chlorophyllienne.

 

Et pendant quatre ères en fidèles praticiens

Nous avons assumé cette mission salutaire

Vous pendant tout ce temps vous étiez moins que rien

Puisque vous ne fûtes conçus qu’à l’ère quaternaire.

 

Pour la terre, vous étiez sa plus belle invention

Et elle était flattée de votre évolution

Vous saviez vous montrer respectueux et sages,

Usiez avec raison de tous vos avantages.

 

Malgré notre mutisme vous sentiez nos messages,

Saviez que nous pouvions nous parler entre nous

En émettant des ondes inaudibles pour vous

Mais que tous nos semblables captaient dans les parages.

 

Notre enracinement stabilisait les sols.

Notre immobilité défiait le temps qui passe.

Nos anciens devenaient à vos yeux des idoles

Et sous leurs frais ombrages vous tailliez vos bifaces.

 

Puis des dieux inventés par de vils profiteurs

Ou des prophètes rêvant de puissance et de gloire

Ont instillé en vous de funestes valeurs

Et vous ont promis des paradis illusoires.

 

Aujourd’hui, nos avons presque tous trépassé.

Au cours de bûcheronnages aveugles et féroces.

Les vastes sylves primaires ont été remplacées

Par des palmiers à huile qui profitent au négoce.

 

Les grands singes ont vécu ce terrible malheur.

Mais que peut un orang-outang face à un bulldozer ?

Tenter de le convaincre de faire marche arrière ?

Hélas ces machines n’obéissent qu’à leurs chauffeurs.’ 

 

Quand on rase les forêts leur faune disparait

Ainsi que leur flore aux vertus très méconnues.

Certains vous le signalent mais vous n’écoutez plus

Les voix qui pourraient mettre un terme à vos méfaits

 

Nous, que pouvons nous faire pour arrêter cela ?

Au loin nous entendons mugir les tronçonneuses

Et percevons la plainte des frères qu’on abat

Sans pouvoir exprimer nos douleurs silencieuses.

 

Mais, quand les pluies surviennent, que les torrents de boues

Déferlent des hauteurs dans le fond des vallées

Et submergent les bourgs provoquant le courroux

De gens qui sans méfiance s’y étaient installés,

 

On pleure notre absence. Et lorsque les sècheresses

Frappent les paysans qui ont eu la faiblesse

De raser leurs futaies, pour accroitre leur culture

Et gagner plus d’argent, sévère est la facture.

 

Leurs aïeux connaissaient le rôle de nos bois

Mais eux ont écouté les agro-financiers

Qui sans vergogne ont dénaturé leur métier

Et l’ont déconnecté des sagesses d’autrefois.

 

L’air n’est plus régénéré, car nous sommes trop peu

Pour capter vos massives émissions de carbone

Et produire l’oxygène qu’exige le milieu

Gravement corrompu par votre espèce gloutonne.

 

Devant tant de carnage grande est notre affliction

Mais nous ne redoutons pas le réchauffement

Qui parachèvera l’actuelle extinction

Car après vous, nous, ARBRES, renaîtrons comme avant.

 

VIVAAA !

 

JB

 

 

  La pub qui s'est interpolée contre mon gré dans mon poème est une intrusion. Les gérants de ce blog pourraient avoir la décence de la mettre en fin de texte.! 

Si j’étais un arbre
Si j’étais un arbreSi j’étais un arbre
Si j’étais un arbreSi j’étais un arbreSi j’étais un arbre
Si j’étais un arbreSi j’étais un arbreSi j’étais un arbre
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :