Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTES

 

Inspiration du jour : l’approche de Noël

 

« Jouez hautbois, résonnez musettes »

(Après une maudite pub)

 

 

 

 

 

C’est vrai que la poésie plait quand elle fait rêver

Ou qu’elle s’attarde à dépeindre de beaux paysages

Des ciels inoubliables, des sites préservés

Des clarines qui tintent sur de verts pâturages

 

Des amours qui enchantent une belle jeunesse

Ou qui résistent bien à l’usure du temps

Des émotions intimes, des scènes de tendresse

Des moments de bravoure, des actes exaltants

 

Mais dès que le rimeur s’égare en politique

Ou essaie d’aborder des sujets contrariants,

La courbe de son audience fait une chute tragique.

Et lui dit clairement d’être un peu moins chiant.

 

Il va donc s’efforcer le lendemain matin

De se montrer plaisant en ciselant de beaux vers

Pour plonger ses lecteurs dans un doux univers

Et retrouver sa cote, tel un vieux cabotin.

 

Mais il n’oubliera jamais qu’il fut un reporter.

Quand une nouvelle lui plait ou le met en colère

Qu’importe si ça dérange, ne pouvant pas se taire

Il exprime sa joie et souvent vitupère.

 

A Antibes l’attendent le goéland grognon

La tourterelle hardie, les trilles du pinson

La présence puissante du Micocoulier

El de la mer si proche le ressac familier.

 

Alors de là-bas, oui, il oubliera un peu

Les hourvaris du monde qui convergent sur Paris

Et s’attachera plus à ces moments heureux

Qu’à l’écart des cohues on apprécie bien mieux.

 

Puis il ira a Toulouse voir toute sa famille

Les grands petits enfants que lui ont donné ses filles :

Le beau Lulu, un champion de l’informatique,

Qui à Cap Gemini fait un stage technique,

 

Elissa qui s’oriente vers l’agriculture

Pas celle des pollueurs, mais celle du futur,

Romane passionnée par tous les animaux

Et qui a décidé d’en faire son boulot

 

Milan le rêveur qui cherche encore sa voie

Mais qui, n'en doutons pas, fera un très bon choix

Et puis il y a le plus jeune. C’est un sacré costaud

Presque un géant déjà. Il s’appelle Paco.

 

La courbe du rimeur remonte vers le haut

Et s'il s'accorde le temps comme le grand Nougaro

De rêvasser le long du canal du midi

Où les bruits de la ville parviennent assourdis

 

Laissant les feuilles mortes que pousse le vent marin

Emettre leur bruissement et danser sur les rives,

Vous allez tous penser au chanteur toulousain

Et il lui devra une audience exhaustive.

 

Si  on ajoute Noël, ses ripailles, ses « youpi »

Et après de bons vins les histoires de papy

Qui raconte les peuples et les pays qu’il aime

Les « likes » ralentissent mais restent nombreux quand même.

 

Néanmoins quand, arrivé au terme du poème,

Il  décrète que Trump et Johnson font la paire,

Que le monde tel qu’il est chaque matin l'exaspère

Des gueules grimaçantes remplacent les clics « J’aime »

 

C’est la loi du marché, il faut égayer l’âme

Inspirer du bonheur, répandre des dictames

Pour ne pas assombrir cet univers marchand

Qui nous aveugle avec ses guirlandes d’argent.

JB

JOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTES
JOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTESJOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTES
JOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTESJOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTES
JOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTESJOUEZ HAUTBOIS RESONNEZ MUSETTES
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :