Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bas les masques !

Ma pensée du jour va vers ces hôpitaux qui manquent de lits, de masques, de protections élémentaires pour combattre ce virus tueur qui n'épargne surtout pas le personnel médical

 

 

 

 

 

 

Bas les masques

 

Ta dispersion sans frein accroit les trépassés.

Tu es un tueur gourmand, imprévisible, fantasque

Et pour te limiter, il nous faudrait des masques

Or, les masques ça manque. Où sont-ils donc passés ?

 

Dans ta nocivité aveugle et sans frontière

Tu pourras peut-être éclairer les citoyens

En leur montrant que l’époque des gestionnaires

A fait chez nous beaucoup plus de mal que de bien.

 

A gauche, comme à droite, on leur a confié

Le soin d’administrer tous nos services publics

Mais comment nos élus ont-ils pu se fier

A des gens raisonnent toujours en terme de fric ?

 

Ah, certes ils en faisaient  des bénéfices infâmes

Rognant sur les budgets, les salaires, et les temps

Imposant  les rigueurs d’un système sans âme

Prêt à tout pressurer pour que coule l’argent.

 

Dans nos grands hôpitaux ne manquait aucun lit

Et d’autres plus petits veillaient sur nos campagnes

En soins publics nous étions pays de cocagne.

Ces gens à courte vue créèrent la chienlit.

 

Bradés tous les lits qui paraissaient trop nombreux,

Fermés les hôpitaux jugés trop onéreux,

Sous payés les infirmières et les médecins

Et liquidés les stocks qui ne servaient à rien.

 

Des millions de masques ont ainsi disparu

Qui avaient été acquis et n’avaient pas servi

Le Covid ne fait pas que tuer, il révèle

Les graves conséquences des excès de zèle.

 

On sent que les grands patrons du corps médical

Sont excédés par cette gestion trop libérale

Qui privilégiant l’économique à l’humain

Gangrène tout un système qui se portait fort bien.

 

De l’hôpital Georges Pompidou, un professeur

Dans un JT du soir exprima sa colère :

Le manque de matériel et masques protecteurs

Mettait en péril internes et infirmières

 

Plus tard il y aura, c’est sûr, des comptes à rendre

Conclut ce grand patron, résolu à pourfendre

Tous ceux qui ont géré l’assistance publique

Sur des critères uniquement économiques

 

Mais même si aujourd’hui on réfléchit beaucoup

Quand le virus s’estompera que ferons-nous ?   

Les financiers attendent  que vienne ce redoux

Et ne croient pas qu’un jour on leur tordra le cou.

 

Pour l’heure c’est le covid qui trace son chemin

Dans une humanité troublée qui se questionne

Et dans moultes réponses, cherche à trouver la bonne

Elle ne l’a pas aujourd’hui. L’aura-t-elle demain ?

  

JB

 

 

Bas les masques !
Bas les masques !Bas les masques !
Bas les masques !Bas les masques !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :