Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Images d'archive

Mon poème du jour

 

 

 

 

 

Images d’archives

 

Mes nuits sont fragmentées de réveils déplaisants

Ma jambe endolorie par un tenace œdème

Lutte pour le chasser. Ce combat incessant 

Génère des douleurs que n’apaise aucune crème.

 

Seule la glace fait reculer les élancements.

Me voici claudiquant vers le congélateur

Par le  couloir étroit surprenant de longueur

Qui mène à la cuisine et au froid salvateur.

 

Puis retour vers la chambre après l’arrêt pipi.

Que d’efforts laborieux pour me remettre au lit.

Minuit, une heure, deux, trois, quatre, cinq, et sept enfin

Cette fois je prépare le café du matin.

 

Après, dans ma tanière, j’ouvre l’ordinateur

Sur Google je parcours les nouvelles du jour

A la Une, encore, ce Covid  perturbateur

Inspire les escrocs et les gens de valeur.

 

Les premiers inventent de nouvelles tricheries

Les seconds s’empressent de secourir leurs prochains.

Mais pourquoi faut-il donc qu’une méphitique lie

Répande sa puanteur sur tout le genre humain ?

 

Je cherche dans les « infos » une idée de poème

Mais que n’ai-je pas écrit qui pourrait étonner ?

Mon risque chaque matin est de ratiociner.

Ne rien faire, c’est sûr, résoudrait le problème.

 

Pendant que j’hésite, l’économiseur d’écran

Fait jaillir des images qu’il puise dans mes archives

Tous nos voyages défilent sans ordonnancement,

A son gré, et m’entraine en rêveuses voltiges.

 

Du Cambodge la gamine aux bulles de savon  

Avec son doux visage m’émeut et puis s’en va.

Me voici transporté aussi sec à Cuba

Montrant ses musiciens dignes du buena vista.

 

Des facéties d’enfants et survient la Thaïlande

Ses belles danseuses aux yeux rieurs et en amande

Qui au son vibrant des xylophones et des gongs

Evoluent avec grâce sur les bords du Mékong.

 

Le Laos avec sa plaine des jarres survient

Et ses bonzes qui mendient dès le petit  matin…

Je m’envole, je m’évade par l’écran ou défilent

Des images qui m’emportent loin de mon domicile.

 

Et me font oublier les douleurs du moment.

Et si parfois durant ce long confinement

Des langueurs pourraient me donner du vague à l’âme

Ces images d’archives sont un puissant dictame.

 

VIVA !

 

JB

Images d'archiveImages d'archive
Images d'archiveImages d'archive
Images d'archiveImages d'archive
Images d'archiveImages d'archiveImages d'archive
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :