Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est l'heure du café

Journal d’un confiné.

(Après l'intrusion publicitaire)

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est l’heure du café

 

Même si l’actualité nous conte les méfaits

De truands sans scrupules, de tueurs hallucinés,

On se plait à rêver quand on est confiné,

A de belles utopies, à un monde mieux fait.

 

A quoi vais-je penser dans ce couloir obscur

Qui, partant de la chambre, débouche sur le salon

Lequel laisse pénétrer une portion d’azur

Qui attise d’un coup mes désirs d’évasion.

 

Et dans ma tête j’entends le goéland râleur

Qui là-bas à Antibes s’exprime de bonne heure

Puis le chœur déférent de sa petite troupe

Qui des remparts s’envole pêcher vers la Garoupe.

 

Et quand leurs cris s’éloignent, la hardie tourterelle

Surgit sur mon balcon dans un froissement d’ailes

Et d’un hochement de tête rappelle, la mâtine,

Que je dois lui donner un bout de ma tartine.

 

Quant au pinson qui niche dans le micocoulier

Il me caresse l’ouïe de ses notes joyeuses.

Elles se mêlent au ressac devenu familier

De la mer qui de loin me semble langoureuse.

 

Mais l’illusion prend fin quand j’entre dans ma cuisine

Parisienne qui s’ouvre sur une étroite cour

Ne comportant pas la moindre issue de secours

Pour fuir par la pensée ce mal qui nous chagrine.

 

Le café s’écoulant goutte à goutte dans son pot

Exalte mon odorat et j’oublie aussitôt

Cette prison dorée privée d’espaces ouverts

Pour jouir de ce breuvage comme un être larvaire.

Viva !

 

JB

 

 

C'est l'heure du caféC'est l'heure du café
C'est l'heure du caféC'est l'heure du café
C'est l'heure du caféC'est l'heure du café
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :