Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'INTRUS

 

Poème du confiné.

( Après le pillage d’espace de la pub)

 

 

 

 

 

 

 

L’intrus.

 

Il est là, comme le Horla de Maupassant

Il est là. On  ne le voit pas mais on le sent

Il est là, dans nos esprits même si on le nie.

Il est là et provoque la nuit nos insomnies.

 

Je ne lui ferai pas l’honneur de le nommer.

Bien qu’il ait acquis une funeste renommée

Et qu’il se soit immiscé dans toutes nos vies

Il ne me détournera pas de mes envies

 

Il a beau être présent du soir au matin

Dès mon café bu, je ponds mes alexandrins.

Qu’ils soient bons au mauvais, sincèrement, peu m’importe

Les poèmes veulent sortir, je dois ouvrir la porte.

 

Les meilleurs à mon goût ne sont pas les plus lus

A chacun ses critères. Il n’y a rien d’absolu.

Mais une chose est certaine. Pendant que je compose

Cet invisible intrus fait une longue pause

 

Et mon esprit s’évade dans une forêt de mots

Qui comme l’Amazonie envahit mon cerveau.

Tous ceux que je parviens à recopier

Vont devoir défiler dans des vers de douze pieds.

 

Et les plus rétifs à cette métrique sévère

Pour saboter le rythme vont tenter de tout faire.

Comment leur en vouloir à ces mots libertaires

Hostiles à des cadences un peu trop  militaires ?

 

C’est pourquoi je les garde, même s’ils détonnent un peu

Car, tels des fleurs sauvages dans un champ bien planté

Ils apportent un air, un parfum de liberté

Qui nous éveillent à d’autres possibilités.

 

Voilà la pause s’achève, l’intrus est de retour

Mais j’ai gagné deux heures de sérénité

Et le plaisir de l’avoir ainsi occulté

Me permet d’aborder plus fort ce nouveau jour.

 

Viva !

JB

 

 

L'INTRUS
L'INTRUSL'INTRUS
L'INTRUS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :