Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NUIT BLÊME

Poème d’un confiné qui pense à ses enfants et petits- enfants vivant dans la région de Toulouse et qui rêve d’espace, de mer, de montagne en contemplant les rues désertes de Paris. ( après une pub non désirée)

 

 

 

 

 

 

 

 

NUIT BLÊME

 

La nuit, dès quatre heures, j’attends le lever du jour.

Et le jour je m’ennuie en attendant la nuit.

Hélas dès que la nuit tombe, le sommeil me fuit

Et du petit matin je guette le retour.

 

Le sommeil chez moi est pour le moins erratique.

Dans les profondeurs il s’attarde rarement,

Les effleure parfois mais, réflexe stratégique,

Se cabre et m’extirpe de mon engourdissement

.

Je redoute les grandes perditions abyssales.

Elles engloutissent des rêves qui auraient pu me ravir.

Je suis un adepte des errances paradoxales

Où le subconscient actif peut s’épanouir.

 

Et si trop épuisé mon cerveau veut couler

Et m’ôter de l’esprit tous mes contes de fées,

Je m’arrache du lit quelque peu affolé

Et vais dans la cuisine faire couler un café.

 

Là, rien qu’à humer l’arôme de ce liquide noir

Qui caresse mes pensées comme un divin dictame

J’oublie les insomnies et me fait un devoir

D’exprimer les émois qui traversent mon âme.

 

Le long confinement joue un rôle majeur

Sur  les métabolismes qui sont un peu hors norme.`

Sans doute redeviendront-ils un peu plus conformes

Quand de cette pandémie nous sortirons vainqueurs.

 

Viva !

 

JB

NUIT BLÊMENUIT BLÊME
NUIT BLÊMENUIT BLÊME
NUIT BLÊMENUIT BLÊME
NUIT BLÊMENUIT BLÊME
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :