Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liban ô cher Liban

Quand le liban a mal

 

( Après l'intrusion de la pub)

 

 

 

 

 

 

Liban ô cher Liban…

 

Liban, ô cher Liban pour qui la « douce mère »

Etait la France, bienveillante protectrice d’antan

De ce pays soumis à l’empire ottoman

Qui pouvait se montrer intraitable et sévère.

 

Liban ô cher Liban à l’accent si charmant

Quand il parlait le français, la langue de son cœur

Et qui a eu, hélas, souvent le sentiment

De ne pas être aimé à sa juste valeur.

 

Or, avec la montée des confessionnalismes

Quand se réveillèrent les vieux antagonismes

Qu’attisaient Israël, la Syrie et l’Iran

Il n’y eut plus un seul mais quatre ou cinq Libans

 

Druzes, chrétiens, chiites et sunnites furent utilisés

Comme des pions  par ces trois suspicieux voisins

Qui sur cet échiquier régional très prisé

S’efforçaient de grignoter des bouts de terrain.

 

Face à de tels enjeux la France ne pouvait plus

Etre la « Douce Mère » d’un Liban divisé

Elle avait peu d’influence, n’était guère  prisée

Et pas de taille à morigéner les intrus.

 

Certes du temps du grand Charles elle pouvait encore

Faire entendre sa voix avec autorité

Gronder les trublions par des éclats sonores

Mais personne aujourd’hui n’est prêt à l’écouter.

 

Il et certain que pour bien incarner la France,

Il fallait de la voix et beaucoup de prestance.

Mais si la « douce mère » n’a plus l’aura d’antan

Quand le Liban a mal, elle répond présent

JB

  

Liban ô cher LibanLiban ô cher Liban
Liban ô cher Liban
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :