Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TRISTE VENTÔSE

Un spleen du sans doute au mauvais temps

  (Après l'intrusion forcée de la pub)'

 

 

 

 

Triste ventôse.

 

Il fait froid à Paris, les fenêtres sont tristes

La nuit je n’entends plus le goéland râleur

Ici les râleurs sont les automobilistes

Furieux contre les cyclistes qui freinent leurs ardeurs.

 

Bien des gens dans les rues circulent à vélo

Depuis que la Covid, grand facteur de psychose,

Incite certains Parisiens à fuir le métro

Et en bécane à oublier leurs ankyloses

 

Je les vois vaillamment défier le mauvais temps

Se faufiler en experts entre les quatre-roues

La peur donne des ailes. Ce n’est pas pour autant,

Que pour fuir le virus, il faut jouer les casse-cous

 

Il pleuviote sur Paris et la lumière est grise

Les passants sont engoncés comme en plein hiver

 L’automne est arrivé brusquement, par surprise

Et après les chaleurs se montre un peu sévère

 

Il y a cinq jours à peine, je nageais dans la mer

Me voici arpentant les trottoirs de Paris.

Personne ne me voit, aucune lèvre ne sourit

Les bouches étant cachées par des masques austères.

 

Va-t-on s’habituer à cette façon de vivre ?

Quand le soleil reviendra dans très peu de jours

Nous voguerons vers les jardins du Luxembourg

Via la rue Férou qui affiche « Le bateau ivre »

 

VIVA !

 

JB

TRISTE VENTÔSE
TRISTE VENTÔSETRISTE VENTÔSE
TRISTE VENTÔSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :