Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jouez haubois, résonnez musettes

J’ai écrit ce poème durant cette nuit de Noël pour vous le livrer tout chaud ce matin. ( Après l’intrusion de la maudite pub)

 

 

 

Jouez hautbois, résonnez  musettes !

 

Jésus n’est pas né le vingt-quatre décembre au soir !

Mais de l’année ce jour est souvent le plus court

Les religions ont toujours célébré les solstices

Qui sont d’un nouveau cycle les tous premiers prémices.

 

Pour les anciens, Noël c’était dame nature

Qui s’éveillait enfin après un long silence

Annonçant la prochaine reprise des cultures

Pour qu’on puisse profiter de sa reviviscence.

 

Si Jésus n’était pas né dans une étable

Mais dans la chaumine d’un vigoureux artisan

Qui avait étreint Marie pour avoir  un  enfant

Cette histoire banale n’eût jamais fait une fable.

 

Mais Marie était vierge et Joseph a bien vu

Que l’Eternel cherchait à le faire cocu.

Bou Diou !  aurait-il dit, vaut mieux que je débande,

Sinon personne ne voudra croire à notre légende.

 

Alors il débanda. Devint-il vert de rage

Car il avait vraiment sa Marie dans la peau ?

Sans tarder, « L’Eternel » prit son droit de cuissage

Et Joseph en brave homme éleva le marmot.

 

Jésus fut obsédé par ce soi-disant  père

Ce dieu qui par surprise aurait sailli sa mère.’

Devenu grand il voulut que cet être suprême

Aimasse son prochain comme il s’aimait lui même

 

Il l’implora de ne plus se montrer volage

D’admettre qu’il avait un jeune fils très pieux

De s’attacher à défendre les enfants en bas âge

Et bien évidemment tous les nécessiteux.

 

Il promettrait aux faibles le royaume des cieux

Et tendrait sa joue gauche quand on frapperait sa droite

Que les fous aillent au ciel ? « Pourquoi  pas, admit Dieu,

Mais une seule gifle suffit à une main adroite 

 

Et avec moi personne n’aura une deuxième chance ».

Jésus bénit le ciel que Joseph l’ait élevé

Son père putatif commettait des outrances  

Et avait une tendance à vite s’énerver.

 

Mais se croyant son fils, il se fit un devoir

D’aller de ville en ville pour le promouvoir.

Ses propos enflammés  provoquaient des courroux

Et on le mit en croix à l’aide de gros clous.

 

Son père céleste ne fit rien pour le secourir

Et Jésus comprit alors qu’il allait mourir

Dans un souffle, en regardant le ciel infini,

Il dit : « Eli Eli lamá sabactani ».

 

Lui qui avait été la grande voix de Dieu

Pris par le doute sombra dans la déréliction

Et en rendant l’âme dut se poser cette question

Ai-je inventé cela ou était-ce sérieux ?

 

Qu’importe s’il y a une grande part de fiction

Dans cette histoire qui, enfant, nous a enchantés

De la nativité, ne gâchons pas cette fête.

Allez jouez hautbois et résonnez musettes.

 

JB

VIVA!

Joyeuses fêtes  à vous douces marquises et à vous galants sigisbées

 

 

Jouez haubois, résonnez musettes
Jouez haubois, résonnez musettesJouez haubois, résonnez musettes
Jouez haubois, résonnez musettesJouez haubois, résonnez musettes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :