Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Merci Wolfgang ! Merci Camille !

Merci Wolfgang ! Merci Camille !

 

Ce matin je suis loin…Après l’intrusion de la pub

 

 

 

 

 

Merci Wolfgang ! Merci Camille !

 

Il se répand  dans l’air un son de clarinette

Qui me berce et  m’épreint. L’auteur de ce quintet

Doux comme une caresse, grisant comme un nectar 

Qui m’éloigne des clameurs médiatiques, c’est Mozart !

 

Mozart mon thérapeute apaise les rancœurs

Que s’évertuent à attiser les ergoteurs

De la gauche, de la droite ou du centre,

Lesquels chaque matin envahissent mon antre.

 

Ils sont à la radio, ils sont à la télé !

Ils infiltrent Internet, s’entêtent à révéler

Leurs plates vérités, m’infligent leurs dialectiques

Se harpaillent entre eux. Je hais leurs  polémiques !

 

Ils gâchent mes réveils avec leur charabia.

Alors quand je déjeune je coupe tous les médias

Ces  perpétuels envahisseurs domestiques !

Silence les ratiocineurs ! Place à la musique !

 

Après ce doux quintet voici un concerto

Le vingt et un avec son superbe adagio.

Et si ce traitement n’apaise pas mes sens

J’ai aussi la Havanaise  de Camille Saint-Saëns.

 

Et là c’est immédiat, je m’éloigne doucement

Sur une mer paisible loin des clameurs urbaines

Balloté par la houle, enjôlé  par le vent

Vers la beauté tropicale d’une rive lointaine.

 

Terre ! Annoncent les violons dans un envol glorieux.

Alors, loin de ces cohues masquées aux yeux anxieux

Loin du bruit des moteurs qui chaque jour m’oppresse

Je  foule le sable pur d’une île enchanteresse.

 

Viva !

 

JB

Merci Wolfgang ! Merci Camille !Merci Wolfgang ! Merci Camille !
Merci Wolfgang ! Merci Camille !
Merci Wolfgang ! Merci Camille !Merci Wolfgang ! Merci Camille !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :