Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Boris le résilient

L’homme à la douce voix

( après la pub envahisseuse)

 

 

 

 

Boris le résilient

 

J ’aurais aimé parler comme Boris Cyrulnik

D’une voix apaisée aux vertus magnétiques

Qui annihile toute forme d’agressivité

Chez  ses contradicteurs, même les plus remontés.

 

Hélas, j’appartiens à l’autre catégorie

Celle des exaltés qui expriment leurs passions

D’une voix qui peut  faire naître l’animadversion

Alors que la sienne caresse les euphonies

 

Entassé dans la synagogue de Bordeaux

Avec tant d’autres juifs raflés  par les nazis

Il se rua dans une cache. Invisible et transi,

Il échappa au train qui partait  pour Dachau.

 

Ses parents disparurent dans un camp de la mort

Son instinct de survie lui évita ce sort.

Pris en charge par un réseau de résistants

Il fut confié à une famille de paysans.

 

A la Libération, une  tante maternelle

L’accueillit à Paris où les années saumâtres

Subies dans sa jeune vie  laisseront  des séquelles

Qui l’orienteront vers le métier de psychiatre.

 

Aux hurlements SS  qui l’ont tant terrifié

Et fait cauchemarder durant toute son enfance

Il  use d'un antidote aux effets certifiés

Que d’aucuns désormais appellent résilience.

 

C’est par opposition aux gutturaux abois

Des reîtres hitlériens qu’on lui doit cette voix

Qui berce et qu’on écoute avec fascination

Dès qu’il prend la parole dans une discussion.

 

Moi aussi j’ai grandi sous l’Occupation

Mais mon père, communiste au langage corsé,

Qui maudissait le "boche" avec exitation 

M’a, tant mieux ou hélas, beaucoup influencé.

 

Je n’aurai donc jamais  le timbre de Cyrulnik

Ni cette sérénité que je trouve fantastique

Je serai jusqu’au bout, je crois, un exalté

Apprécié par certains, par d’autres contesté.

 

Viva !

 

 JB

Boris le résilientBoris le résilient
Boris le résilient
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :