Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Manu et Sarah

Emmanuel est le fils de Martine, la sœur de Marion. En principe donc, je suis son oncle mais je ne sais pourquoi, je l’ai toujours considéré comme un petit fils, l’ainé de mes petits enfants. Il vient de se marier avec Sarah ce poupon que j’ai vu tout petit suçant son pouce…

( Après l’intrusion de la pub)

 

 

 

 

Manu et Sarah

 

Il était attendrissant comme un chérubin.

Ses yeux clairs avaient déjà de la profondeur.

Et  semblaient nous juger à notre juste valeur

Bien faible si l’on en croyait sa moue de dédain.

 

Cette attitude surprenante du nourrisson

Intriguait les adultes qui pour jouir d’un sourire

Faisaient des « guiliguili » à n’en plus finir

Sans voir que le bébé leur donnait une leçon.

 

« Oubliez-moi un peu » disaient ses yeux fripons

Je n’ai pas envie de jouer les bons élèves.

Retournez entre  vous, laissez-moi dans mes rêves » 

Et il sombrait alors dans un sommeil profond.

 

Il eut une enfance revoltée et turbulente,

Entre des parents aimants qui s’étant séparés,

L’ont connu ombrageux, souvent désemparé,

En recherche d’une stabilité rassurante.

 

Il n’eut pas une adolescence très studieuse.

Quand il était en classe, il rêvait de grand air

Et pratiqua souvent l’école buissonnière

Qui peut forger les âmes, les rendre valeureuses

 

Derrière ses mutismes boudeurs et ses airs bourrus

Il savait observer l’attitude des gens

Ses instituteurs le trouvant intelligent

S’interrogeaient sur ses blocages incongrus.

 

Mais comment l’obliger à suivre des études

Et à vivre enfermé durant de longues heures ?

Lui rêvait de liberté. Etant travailleur

Il chercha un job conforme à ses aptitudes.

 

Allergiques aux ridicules airs supérieurs

Des petits chefs hargneux, tels des minus habens

Il les toisait avec morgue, comme l’eût fait un prince,

En perdait ses emplois mais partait en vainqueur.

 

Bureaux ou ateliers n’étaient pas faits pour lui

Désormais il conduit sans être éconduit.

Sa mission : livrer ses chargements à bon port.

Dans sa cabine il n’y a pas d’autre maître à bord.

 

Ce métier de chauffeur lui va parfaitement

Il peut en trouver un meilleur, incidemment,

Il le prendra s’il en ressent vraiment l’envie

Pour l’heure, il n’a d’yeux que pour la femme de sa vie.

 

Elle calme ses angoisses, adoucit son humeur.

Il est plus disert et beaucoup moins ombrageux

Quand il est tendu elle lui parle avec douceur

Et pare son visage des traits d’un homme heureux.

 

Viva !

 

JB

Manu et Sarah
Manu et SarahManu et Sarah
Manu et SarahManu et Sarah
Manu et SarahManu et Sarah
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :